Mardi 6 juillet 2010. En pleine affaire Woerth/Bettencourt, une question des rangs de l’opposition fait sortir de ses gonds, le ministre du Budget François Baroin :

«Est-ce que vous vous rendez compte du mal que vous faites à la démocratie ? s’époumone François Baroin à la tribune. Je vous en conjure. Ne faites pas le jeu de l’extrême-droite ! »

La question qui a mis le feu aux poudres, dans l’hémicycle, portait précisément… sur l’affaire Wildenstein : « Je prends l’exemple du dossier de la succession Wildenstein , interpelle le député socialiste des Landes, Alain Vidalies. Comme dans l’affaire Bettencourt, les Français découvrent que l’essentiel d’une fortune est dissimulée dans les paradis fiscaux –en l’espèce Guernesey et les Bahamas. Comme dans l’affaire Bettencourt, l’administration fiscale a été informée de l’existence de sociétés écrans. Comme dans l’affaire Bettencourt, la justice a pu constater « l’évasion du patrimoine dans des sociétés étrangères et des trusts ». Comme dans l’affaire Bettencourt, il est établi que M. Guy Wildenstein est membre du fameux Premier cercle de collecteurs de fonds pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Comme dans l’affaire Bettencourt, l’administration fiscale est restée totalement inerte à ce jour... »

Des institutions internationales situées dans des paradis fiscaux...

De fait, alertée à plusieurs reprises en 2009 par l’avocate de Sylvia Wildenstein, l’administration fiscale ne s’est jamais saisi de ce dossier : « Il me semble que vous disposez de suffisamment d’éléments pour que la notion de « déclaration de soupçon » mise en exergue dans les différents rapports, accords et notes, vous apparaisse d’une façon suffisante et efficiente, pour qu’elle vous permette d’agir dans plus tarder », écrit par exemple à l’administration fiscale, le 9 juin 2009, Me Claude Dumont-Béghi.

> Courrier du 7 septembre 2009 adressé à Philippe Parini, directeur général des finances publiques

> Courrier de rappel du 12 juin 2009 adressé à Philippe Parini, directeur général des finances publiques

> Courrier du 19 mai 2009 adressé à la Direction des services fiscaux de Paris Nord dans lequel l’avocate de Sylvia Wildenstein demande au fisc «de transmettre à toute autorité hiérarchique » qu’il considèrera « à même de gérer tous les aspects de ce dossier, une grande partie impliquant des institutions internationales situées dans des paradis fiscaux . »

> Courrier de rappel du 9 juin 2009 adressé à la Direction des services fiscaux de Paris Nord

Votre administration dispose pour agir d’éléments signifiants…

Comme ministre du budget, Eric Woerth a lui aussi été alerté, à plusieurs reprises, par l’avocate de la veuve du marchand d’art, sur l’existence de ces trusts comme le montre cette lettre datée du 12 juin 2009 (dont Libération faisait état le 5 août 2010 )

Le 6 juillet dernier, Claude Dumont-Béghi a écrit, une nouvelle fois, au successeur d’Eric Woerth au Budget, François Baroin. Sans réponse, jusqu’ici…

Claude Dumont-Beghi

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.