Ils ont tendance à bouder les urnes mais restent conscient de l'enjeu de la présidentielle pour laquelle ils se mobilisent plus qu'à l'ordinaire. Anne Muxel, directrice de recherche au CNRS et au Cevipof, a tenté de percer le mystère du vote des jeunes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.