[scald=67893:sdl_editor_representation]STRASBOURG (Reuters) - Un homme de 36 ans a été condamné à 25 années de réclusion criminelle vendredi à Strasbourg pour avoir tué sa compagne et tenté de brûler son corps en octobre 2008.

L'accusé, qui venait de purger une peine de dix ans pour viol, était de ce fait jugé en état de récidive légale.

Les jurés de la Cour d'assises du Bas-Rhin ont assorti la peine d'une période de sûreté de 16 ans.

Mohamed Bouhalfaya, décrit comme jaloux et possessif par son entourage, a nié les faits qui lui étaient reprochés.

Le corps de Monique Tartaret, 32 ans, avait été découvert dénudé et en partie carbonisé le 2 novembre, sur un chemin du quartier de la Montagne verte à Strasbourg où elle résidait.

Une série de témoignages et d'indices, dont une allumette retrouvée sur le cadavre avec des traces de son ADN, avaient mis les enquêteurs sur la piste de Mohamed Bouhalfaya.

Il avait rencontré la jeune femme deux mois plus tôt, peu de temps après sa sortie de prison, en s'installant dans l'immeuble où elle vivait avec ses parents qui l'avaient rapidement considéré comme leur gendre.

Mohamed Bouhalfaya était la dernière personne à avoir vu Monique Tartaret avec qui il avait quitté son appartement, le 20 octobre, après une dispute, selon un colocataire.

Il l'aurait étranglée dans une crise de jalousie, selon l'accusation.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.