Au lendemain de la réunion de Genève où les diplomates ont laissé ouverte la question sur l'avenir de Bachar al-Assad, le ministre des Affaires étrangères français a tenu à dissiper les inquiétudes de l'opposition.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.