à la place de jean-marc ayrault, manuel valls aurait "sans doute" limogé arnaud montebourg
à la place de jean-marc ayrault, manuel valls aurait "sans doute" limogé arnaud montebourg © reuters

Excédés par l'accélération du vote sur le mariage pour tous (la deuxième lecture à l'Assemblée a été avancée), les opposants s'en prennent directement aux membres du gouvernement. Dimanche soir, c'est Manuel Valls qui a été pris à parti.

Une quarantaine d'opposants au projet de loi ont attendu le ministre français de l'Intérieur et son épouse à la sortie d'un concert salle Pleyel à Paris, selon le site du Parisien.Quatorze personnes ont été interpellées pour un contrôle d'identité, selon une source policière citée par le journal.

Un appel avait été lancé sur Internet pour "accueillir" Manuel Valls à la sortie du concert... Un appel parmi d'autres, puisque les opposants ont décidé de jouer la carte du harcèlement contre le gouvernement. Sur une page Facebook "Huons nos ministres", ils publient d'ailleurs les agendas des membres du gouvernement pour appeler à les interpeller bruyamment.

Une méthode dénoncée par Hervé Mariton... Même s'il comprend la colère des opposants.

Tout le week-end, les opposants ont appelé, dans le meilleur des cas, à donner ainsi de la voix.

Pour le porte parole du PS David Assouline, ces opérations sont la preuve d'une action concertée et coordonnée par la droite et l'extrême droite.

Une radicalisation qui inquiète les associations de défense des homosexuels.

Pour Nicolas Gougain, porte parole de l'inter LGBT, il y a en France une hausse de l'homophobie.

Accélération des deux côtés

Il faut dire que les opposants n'ont plus beaucoup de temps, et ça ne leur plaît pas du tout. Le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a été adopté vendredi au Sénat. Il doit être examiné en deuxième lecture à l'Assemblée nationale dès mercredi prochain, et non fin mai comme initialement prévu.

Le vote solennel aura lieu le mardi 23 avril.

D'où la colère des opposants, qui ne s'attendaient pas à une telle accélération. À Lyon par exemple, plusieurs milliers de manifestants ont dénoncé un "coup d'État législatif".

Parmi eux, le député maire UMP de Caluire, Philippe Cochet.

À Paris, 67 opposants ont été placés en garde à vue ce lundi matin, suite à une action près de l'Assemblée nationale.

Des actions qui se multiplient, notamment via des appels sur les réseaux sociaux. Julie Pietri.

Le débat risque de se poursuivre dans une ambiance de plus en plus tendue... y compris au sein des familles. Ce matin, Karl Zero, beau-frère de l'égérie des "anti", Frigide Barjot, vient de publier une lettre ouverte, où il estime qu'elle est manipulée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.