attentat à ajaccio contre les locaux du gir
attentat à ajaccio contre les locaux du gir © reuters

Les locaux du Groupe d'intervention régional (GIR) de Corse, à Ajaccio, ont été visés dans la nuit de samedi à dimanche par un attentat à l'explosif qui a entraîné "de gros dégâts matériels", a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Le bâtiment, qui se situe à proximité de l'aéroport, a été atteint par une explosion à 03h00 du matin, a-t-on précisé. Aucun blessé n'est à déplorer.

L'explosion a été causée par une "charge puissante", mais "c'est surtout l'incendie qui a détruit le bâtiment" situé sur la route de l'aéroport.

Aucune inscription ni revendication n'a été retrouvée. Le préfet de Corse et le procureur de la République à Ajaccio se sont rendus sur place.

Aucun groupe n'a revendiqué ensuite l'attentat, a indiqué sur France 5 le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, jugeant la Corse "malade de cette violence".

L'enquête a été confiée au parquet antiterroriste de Paris.

Une attaque contre la lutte anti-crime organisé

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur condamne "avec une très grande sévérité l'attentat". Il assure que le GIR "sera immédiatement réinstallé dans de nouveaux locaux avec ses archives informatiques, protégées à distance".

Manuel Valls apporte lui "apporte son entier soutien à tous les agents publics qui oeuvrent avec courage et détermination, en Corse et sur le continent, contre la criminalité organisée et les dérives mafieuses qui affectent l'île au détriment de son développement économique et social".

Le rappel des faits avec Alexandre Sanguinetti de France Bleu RCFM.

La ministre de la Justice a elle condamné "avec force" l'attentat. "Cette action de fond, méthodique et déterminée, se poursuivra avec opiniâtreté, l'Etat de droit étant la seule réponse qu'il convient d'apporter", écrit-elle dans un communiqué.

Christiane Taubira indique par ailleurs qu'elle réunira "très prochainement" les procureurs généraux et procureurs de la République de Corse dans le cadre de l'instance trimestrielle de coordination judiciaire pour la Corse qu'elle préside.

Pour le syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), premier syndicat d'officiers de police, "il semble évident que le GIR a été visé en raison des excellents résultats qu'il obtient dans la lutte contre la grande criminalité, semaine après semaine".

Les Groupes d'intervention régionaux, créés par une circulaire interministérielle de 2002, ont pour mission de lutter contre l'économie souterraine et les différentes formes de délinquance organisée qui l'accompagnent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.