17 personnes sont toujours en garde à vue depuis le coup de filet islamiste d'hier.L'annonce presque en direct de l'opération par Nicolas Sarkozy a pu laisser penser qu'elle était à visée électoraliste. En tout cas, elle tombe à pic.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.