Après une spectaculaire mise en examen mardi dernier du procureur Philippe Courroye, l'affaire des fadettes prend aujourd'hui un nouveau tour. Un commissaire de la police des polices, le numéro 2 de l'IGS Daniel Jacquème, accuse le Procureur Courroye d'avoir explicitement demandé à son service le contenu des messages téléphoniques par SMS d'un des journalistes du Monde qui enquêtait sur l'affaire Bettencourt. Il accuse le procureur d'avoir fait pression sur les policiers.Nathalie Hernandez

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.