Emmanuel Macron s’adresse aux Français ce mercredi soir à 20h pour annoncer de nouvelles mesures sanitaires afin d'endiguer l’épidémie de Covid-19. Parmi les pistes privilégiées : l'avancement des vacances scolaires, afin de laisser les écoles fermées pendant quatre semaines.

Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 3 décembre 2020
Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 3 décembre 2020 © Maxppp / Alexandre MARCHI

Après le conseil sanitaire numéro 55 depuis le début de la pandémie de Covid-19, Emmanuel Macron prendra la parole à 20 heures ce mercredi. Le président de la République annoncera de nouvelles restrictions pour freiner l'épidémie notamment au sujet des établissements scolaires, selon plusieurs sources au sein de l’exécutif. Depuis plusieurs semaines, la question de leur fermeture est réclamée par plusieurs élus (à l'image de la maire de Paris, Anne Hidalgo) et médecins. 

Pour l'heure, l'exécutif envisage d'avancer les vacances (censées débuter le 10 avril pour la zone A) à vendredi soir. C’est-à-dire de fermer tous les établissements du pays pendant au moins quatre semaines et d’en profiter pour accélérer la vaccination des enseignants. Reste à savoir si la fermeture des écoles s'accompagnera d'un confinement strict ou non. Là dessus, Emmanuel Macron pourrait laisser les Français prendre l'air tout en interdisant les déplacements entre départements ou régions.

Vers la fin des mesures territorialisées ?

C'était la ligne directrice du président de la République depuis le début de l'année : faire du sur-mesure au sujet des restrictions. Les annonces d'Emmanuel Macron pourraient concerner tout le pays. "La circulation du virus augmente partout  y compris dans les départements les moins touchés jusqu’à présent", constate un conseiller. 

Le président de la République devrait aussi s'expliquer sur son choix de ne pas confiner fin janvier. D'ici 20 heures et la prise de parole d'Emmanuel Macron, les consultations interministérielles se poursuivent. Une annonce surprise n'est pas à exclure non plus. Il y a deux semaines, personne n'avait vu venir la dernière stratégie du "freiner sans enfermer".