Où il est question de la technique de fragmentation de Damien Hirst, et de sa filiation à Arman, ainsi que de l'utilisation de déchets chez les deux artistes.

blogcs indépendance et déscendance
blogcs indépendance et déscendance © Radio France / C Siméone

Quelques jours avant l'ouverture de la rétrospective Damien Hirst à Londres, ce blog en partie consacré à Arman, ne pouvait manquer de mettre face à face ces deux artistes utilisateurs de la fragmentation et de l'accumulation. Il faut d'abord noter que bien des installations de Damien Hirst ressemblent à des accumulations fondamentales d'Arman.J'en veux pour preuve les instruments de chirurgie minutieusement rangés derrière des vitrines par exemple.

Damien Hirst, né en 1965, pour qui le marché de l'art, est en soi matière à expression artistique, face à Arman (1928-2005) qui a fait de l'objet son matériau et l'a montré à chaque fois comme reflet de son époque.

Premier sujet de confrontation: la fragmentation.

Arman a commencé dans les années 60 a trancher des objets comme par exemple en 1961 ce "Beau Sabreur", qui est une coupe de tableau représentant un militaire. Dans les années 90 il met au point un type de coupe appelé fragmentation, qui rappelera à certains des cours de mathématiques laborieux.

Arman, Le Beau Sabreur
Arman, Le Beau Sabreur © arman-studio.com / Christine Siméone

Arman, sans titre, 1999
Arman, sans titre, 1999 © arman-studio.com / Christine Siméone

L'art de la fragmentation vu par Damien Hirst

Damien Hirst, The Physical Impossibilité of Death in the Mind of Someone living, 1991
Damien Hirst, The Physical Impossibilité of Death in the Mind of Someone living, 1991 © Damien Hirst and Science Ltd. All rights reserved. DACS 2011. Ph.by Prudence Cuming Associates / Christine Siméone

Dans les années 90, il est clair que ces deux esprits "coupeurs" du monde l'art se sont rejoints sur la même longueur d'ondes. Arman poursuivant sa réflexion sur l'objet et sa représentation, et Hirst essayant de provoquer par tous les moyens.

Rétrospective à la Tate Modern
Rétrospective à la Tate Modern © Christine Siméone /

Dans l'oeuvre ci-dessous, le manequin découpé en tranches par Hirst semble être un lointain descendant du Beau Sabreur d'Arman.

Arman, fragmentation de moto
Arman, fragmentation de moto © Courtesy Galerie Georges-Philippe et Nathalie Valois /

En 2000 à Paris, la galerie Georges-Philippe et Nathalie Valois a exposé les fragmentations d'Arman. Les visiteurs ont cru qu’Arman copiait Hirst, or, Arman a commencé à couper et fragmenter bien avant.

Georges-Philippe Valois

Dans l'esprit de la coupe, cette oeuvre vrombissante d'Arman, Spirit of Yamaha, dans la veine de ses travaux des années 90.

Arman, Spirit of Yamaha, 1997
Arman, Spirit of Yamaha, 1997 © arman-studio.com /

Deuxième sujet de confrontation: une histoire de cendriers

Damien Hirst, Home sweet home
Damien Hirst, Home sweet home © DR /

Damien Hirst a rapidement introduit le thème du cendrier dans son travail, Cendrier présenté comme un ready-made avec les mégots et cendres à l'intérieur, l'odeur avec bien sûr. Ce qui place les des résidus de cigarettes au range de l'oeuvre. Il existe aussi le cendrier géant, également rempli de mégots, avec l'odeur de cendre froide.

Rétrospective à la Tate Modern - détail
Rétrospective à la Tate Modern - détail © Christine Siméone /

Dans les collections du Moma à New York figure ce cendrier, daté de 1996 (en fait une série de 1500 cendriers) appelé "Home sweet home". Hirst a conçu un objet de porcelaine avec l'image des mégots et cendres à l'intérieur, pour signifier que la vie est comme un mégot de cigarette. Etrangement, il utilise le titre d'une accumulation très célébres d'Arman (accumulation de masque à gaz).

Le cendrier, chez Arman est apparu dès 1960, avec le Poubelle de Cendrier de Jacques Matarasso. Arman l'a intégré dans sa technique de la poubelle (en mettant les mégots dans un contenant).

Voilà deux exemples pour aider à regarder l'oeuvre de Damien Hirst à la Tate Modern à partir du 4 avril. Hirst, artiste provoquant, homme d'affaires, colosse du marché de l'art, ne tombe pas du ciel par hasard.

Damien Hirst en quelques clics, avec la complicité d'Annelise Signoret

Damien Hirst à la Biennale de Venise en 2007>

Exposition avec quelques œuvres de Damien Hirst, avec notamment l'oeuvre Let’s Eat Outdoors today, de Damien Hirst, que l'on peut voir comme une version trash des tableaux pièges de Daniel Spoerri, c'est à dire des reliefs de repas, dans les deux cas, mais avec des mouches dans le cas de Hirst. __

Hirst fait scandale en court-circuitant les galeries : « Un veau aux cornes d'or, un zèbre, des requins, une licorne, un cochon ailé, tous préservés dans un bac de formol. Amusante et horrible, cette morbide ménagerie est vendue aux enchères> en 2008 à Londres.

Polémique autour de For Heaven's Sake

__

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone

Je rappelle que ce blog est largement consacré à Arman, au Nouveau Réalisme, et à toutes les formes d'art qui inclus l'objet comme matériau de création.

Textes Copyright Christine Siméone.

Photos Copyright Christine Siméone sauf indication autre.

Au sujet d’Arman, le site historique

Remerciements à

Gilles Marsault, et Valeria Emanuele, au web de France Inter twitter.com/valeriae

Annelise Signoret, du service documentation de Radio France __

Sophie Raimbault, assistance du service Culture de la rédaction de France Inter

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.