Parfois, il est bon de se mettre à l'ombre et au frais, pour suivre les auteurs dans leurs digressions, goûter leur écriture dans tous les sens du terme, et humer leurs histoires . Tous les sens en éveil pour lire notamment deux ouvrages consacrés au corps, celui de Daniel Pennac, et celui de Mauricio Ortiz.

Un bon gros roman à deguster à l'ombre d'un arbre centenaire. Incontournable si on aime les sagas familiales et la belle ecriture. " Quand blanchit le monde " de Kamila Shamsie chez 10/18.

Quand blanchit le monde
Quand blanchit le monde © radio-france

Hiroko est une jeunne fille qui vit à Nagasaki. Le 9 aout 45, elle est brulée par les radiations de la seconde bombe nucleaire américaine. Konrad, son futur mari,expatrié d'origine allemande, n'est plus qu'une ombre sur une pierre. 2 ans plus tard, la jeune femme fuit le japon pour l'Inde. Refusant le statut de rescapée qui en fait une paria dans son pays, elle se réfugie chez celle qui aurait du etre sa belle-soeur, Elisabeth Burton. Mais elle arrive au moment même où les britanniques quittent le pays et alors que le Pakistan se crée dans la douleur. Le jeune stagiaire indien de son beau-frère, Sajjad sera celui qui va lui rendre l'amour. Mais musulman il va devoir a son tour fuir son pays. Désormais d'Islamabad a New York en passsant par l'Afghanistan, les liens entre les familles Tanaka,Ashraff et Burton ne vont cesser de s'entremêler souvent pour le pire. C'est l'un des romans à emporter absolument avec vous cet été.

La littérature à la force du mollet, avec "L'ombre d'Hannibal" Paolo Rumiz, Hoëbeke

Paolo Rumiz "L'ombre 'Hannibam" éditions Hoëbeke
Paolo Rumiz "L'ombre 'Hannibam" éditions Hoëbeke © Radio France / Paolo Rumiz "Lombre d'Hannibal"

C'est un beau voyage que celui que Paolo Rumiz propose, à la recherche d'Hannibal, sur ses traces, de Carthage en Arménie, en passant par les Alpes.

Un voyage à allure d'homme, livre antique en mains, au creux des rochers, dans les vagues de végétations , au fil des fleuves, arpentant et déclamant les avancées d'Hannibal l'Africain à la conquête de l'Europe.

Hannibal a combattu pendant quinze ans contre Rome, avant d'échouer et d'être poursuivi, en représailles, au Liban, en Syrie et jusqu'en Arménie par les Romains. Hannibal est devenu une légende, ses éléphants n'y sont pas pour rien.

D'une rencontre à l'autre, Rumiz surveille la persistance des mythes dans nos vies d'aujourd'hui.

Paolo Rumiz
Paolo Rumiz © christine siméone / christine siméone

Avec le nez dans l'herbe, avec la voix portant sur les flancs des montagnes, la lecture change l'homme (et la femme). Voilà la démonstration de cet écrivain voyageur. Rumiz, journaliste, a compris que l'essentiel n'est pas expliqué dans le journal de 20h.

Pourquoi et comment Paolo Rumiz s'est intéressé à Hannibal

Hannibal c'est maintenant

__

L'amour toujours, avec François Weyergans "Royal Romance" Julliard

Résisterez-vous au dernier cocktail de l'écrivain François Weyergans ? C'est Royal Romance qui promet amour, dérision et mélancolie. Pas étonnant chez Weyergans, mais on retrouve toujours avec bonheur ces états d'âme-là, et surtout son style.

"Royal Romance" de François Weyergans
"Royal Romance" de François Weyergans © radio-france

De la mélancolie bien sûr avec ce narrateur, écrivain, Daniel Flamm qui se demande à quoi riment nos vies. Aime-t-on pareillement dans des villes différentes ? Fait-on le bonheur de nos proches ? Immenses questions pour dissertation de philo. Weyergans n'a que le début des réponses et cherche assez vite les anti-inflammatoires qui guériront la tristesse inhérente à ces questionnements.

Deuxième composante : l'humour. Weyergans nous invite à répondre à cette question : quelle est la différence entre le Pape et Windows ? Le Pape ne fait pas de miracle, Windows oui...

Cette férocité du regard sur le monde est habillé d'une très légère robe à volants, cette robe, c'est l'histoire. Un écrivain, amoureux de Justine, comédienne, rencontrée au Canada alors qu'il a une famille à Paris, et bientôt sûrement encore une autre histoire compliquée avec une autre femme.

L'art de la digression pédagogique

Ce qui compte c'est le style, la maîtrise d'écriture de ce maître en digressions pédagogiques.

Un exemple : page 25, le narrateur commence par parler de son premier roman et la page se finit sur la catastrophe de Bopal. Page 27 on est dans le Koursk pour se souvenir, enfin, qu'il est question du premier roman de ce héros aux airs de Droopy. Un peu groggy.

Dans le corps des auteurs: Pennac et Ortiz au poil !

Deux auteurs se sont subtilement emparés de la question du corps. Pennac avec son Journal d'un corps chez Gallimard, et le mexicain Mauricio Ortiz, médecin et chroniqueur.

"Journal d'un corps" Daniel Pennac, Gallimard

Daniel Pennac
Daniel Pennac © Photo PQR/L'Est Républicain/ Alexandre Marchi

Daniel Pennac, l'auteur de la saga des Malaussène, dévoile le journal tenu par un homme depuis l'adolescence jusqu'à la mort. Le corps est un livre plein de surprises que Pennac nous aide à décrypter. Son narrateur découvre, s'étonne, s'agace des transformations et des humeurs de son corps. Le propre et le sale, le poil et la douceur de la peau, les mots pour le dire, tout cela est égrené au fil des pages.

Daniel Pennac considère qu'un voile subtil est jeté sur notre corps en occident.

__

Ecrire sur le corps n'est pas une expérience banale ou terre à terre, bien au contraire.

Les hommes politiques sont, selon Daniel Pennac, des ogres priapiques

____

Du corps" Mauricio Ortiz, Seuil

"Du Corps" de Mauricio Ortiz, Editions du Seuil
"Du Corps" de Mauricio Ortiz, Editions du Seuil © Radio France / Valérie Sonnier

Pas de fiction chez Mauricio Ortiz qui parle du corps en suivant des mots clés ou des expressions : caca, coma, souffle, animal sacré, morceau de cou, les bijoux de famille, l'amour vache.

C'est drôle et intelligent. Le corps est la carte de notre moi, de notre âme. La tête par exemple, un espace creux, qui contient nos rêves, des souvenirs, les sentiments. Le cerveau ? Pour ce médecin-écrivain, il n'existe que sur les tables d'opérations.

Mauricio Ortiz nous promène dans les corps, de la science aux délires du fou génial.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.