David Tann, "gilet jaune" de 42 ans, ira rencontrer Édouard Philippe mardi. Sur France Inter, il explique pourquoi il veut rencontrer le Premier ministre malgré les menaces qu'il a pu recevoir, comme d'autres porte-paroles, sur les réseaux sociaux.

Des gilets jaunes, samedi, sur les Champs-Elysées.
Des gilets jaunes, samedi, sur les Champs-Elysées. © Maxppp /

David Tann, l'un des "gilets jaunes" qui a accepté de se rendre à Matignon mardi pour rencontrer le Premier ministre, a expliqué son choix lundi midi sur France Inter. Chauffeur de taxi à Nantes, âgé de 42 ans, il explique qu'il veut discuter avec le chef du gouvernement pour voir ce qu'il a à proposer. Ce dernier a d'ailleurs signé la tribune de "gilets jaunes" modérés, parue dans le Journal du dimanche

Il se rendra au rendez-vous malgré les menaces

"Je ne suis pas un représentant, un porte-parole ou un élu, je suis tout seul. Et je me suis mis à dos tout le monde en voulant aller à Matignon" explique David Tann qui confirme, comme d'autres porte-paroles du mouvement contactés par France Inter, avoir reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux s'ils se rendaient à Matignon. "Des gens qui ne me connaissent pas se permettent de m'insulter et je vous fais grâce des insultes" mais assure-t-il, "j'ai le courage d'y aller". Parmi ses revendications, David Tann réclame la suppression de 266 taxes, le SMIC à 1500 euros nets et demande à ce que impôts et taxes soient payés en grand partie par les GAFA, le monde de la finance et les groupes du CAC 40.

Sur les dégâts et les violences commises le 1e décembre à Paris et ailleurs, David Tann justifie : "Je suis un pacifique. Ceux qui ont cassé, pillé, ce n'est pas normal. Mais les pacifiques sont venus avec des foulards pour se protéger des  gaz". Avant la violence, David Tann dit vouloir parler "les yeux dans les yeux" à Edouard Philippe et prévient : "Le week-end prochain, si rien n'est fait après Matignon, il va y avoir  du désespoir et la rage du peule. Si ma parole n'est pas comprise, là ce  n'est plus possible".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.