De Bram Stoker à Twilight

Superstition, fascination, succion....

"L’éternité c’est long, surtout vers la fin " disait Woody Allen. Alors imaginez si vous deviez la passer dans un tombeau humide, au fin fond de la Transylvanie. Depuis quelques années, le vampire a donc quitté sa crypte, il va au lycée, traine dans les bars ou les boîtes, ne tue plus (enfin presque plus), et il est sexy en diable...

Remisez vos gousses d’ail, eau bénite et autre crucifix, le vampire du XXIème siècle est en quête de reconnaissance sociale et d’assimilation.

Adrien Party a créé, en 2006, le site www.vampirisme.com, qui comme son nom l'indique est totalement consacré à la créature qui a inspiré son Dracula à Bram Stoker. Avec la dizaine de passionnés qui l'entoure, ils chroniquent tout ce qui sort sur leur sujet de prédilection : livres, films, jeux vidéo.

L'intérêt que suscite la saga Twilight n'étonne pas Adrien Party. Le retour des vampires est un phénomène récurrent.

Rice-meyer
Rice-meyer © Radio France

T wilight de Stephenie Meyer et Les chroniques des vampires d'Anne Rice ont popularisé le thème du vampire auprès d'un large public et sont, parmi des centaines de romans sur le même thème, les seuls qui aient suscité un engouement comparable à la publication de Dracula. L'image symbolique du vampire s'en est trouvée modifiée : d'icône de l'horreur avec Bram Stoker, le vampire est devenu sulfureux et capable de sentiments, symbole de la libération des tabous et de la sexualité débridée avec Anne Rice. Au contraire, avec Stephenie Meyer, le vampire est présenté comme chaste et pudibond.

Le vampire est aujourd'hui un héros romantique

Le cinéma s'est très tôt emparé du personnage (Voir la page Dracula en cinémascope), dont le look a évolué d'un acteur à l'autre. Bela Lugosi en a fait un vampire mondain et distingué. Christopher Lee un aristocrate à la canine dégoulinante de sang. Au fil des années et des modes, le cinéma a ainsi présenté des œuvres plus ou moins noires ou parodiques sur le thème des vampires, popularisant le mythe.

À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le cinéaste français Jean Rollin est l'un des rares cinéastes français à s'illustrer essentiellement dans le fantastique. Jean Rollin a contribué à érotiser très fortement le mythe dans des réalisations d'un esthétisme très personnel. Néanmoins, aucun de ses films ne connaîtra le succès.

Livres

En 1897, Bram Stoker publiait donc Dracula . Mais ce n'était pas le premier à faire de la créature une figure de fiction. Le Fanu avec son Carmilla et Polidori avec Vampyre étaient sortis quelques décennies auparavant. Car bien avant le cinéma, la télévision ou les jeux vidéo, c'est bien le roman qui donné vie aux vampires.

Voici la sélection d'Adrien Party

Retrouvez la sélection d'Adrien Party dans la page "Allez plus loin"

Séries TV

Les vampires les plus connus à la télévision sont issus du monde créé par Joss Whedon dans les séries Buffy contre les vampires et Angel . On y retrouve assez peu les caractéristiques classiques des vampires. Ils sont essentiellement le prétexte à une métaphore des peurs et des angoisses que les adolescents doivent affronter pour devenir adultes, et que les jeunes adultes doivent surmonter pour avancer dans la vie.

On peut aussi citer la série True Blood , inspirée des romans La Communauté du Sud de Charlaine Harris. L'auteur y décrit une coexistence fictive de vampires et d'humains au cœur d'une petite ville de Louisiane. Les vampires étant "une minorité essayant d'obtenir l'égalité des droits".

Ainsi que la série The Vampire Diaries , basée sur la série de romans éponyme de Lisa Jane Smith, met en scène deux vampires, les frères Damon et Stefan Salvatore, qui rentrent dans la ville de Mystic Falls après une longue absence.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.