Le 10 novembre 2010, Xavier Peneau a été nommé préfet de l’Indre, dans l’indifférence générale, à la notable exception, une fois encore, du « Canard enchaîné », dans son édition du 24 novembre 2010.

Interrogé par une chaîne de télévision locale, à l’occasion de sa prise de fonction dans l’Indre, en décembre 2010, Xavier Peneau ne revient pas sur ses liens passés avec Alain Carignon, préférant mettre en avant la « marque de confiance » et d’ « estime » de Nicolas Sarkozy et de son ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

(La réponse de Xavier Peneau est visible à partir de la deuxième minute du reportage)

« Ça n’a aucune importance, aucun intérêt pour moi , déclare Xavier Peneau, vêtu de ses habits de préfet. Ce qui est important c’est que le président de la République m’a nommé. C’est une marque de confiance, d’estime, considérable, de la part du président de la République, de la part du ministre de l’Intérieur. Je suis là pour travailler. J’ai l’intention de le faire avec tous ceux qui voudront bien travailler avec moi, et avec les services de l’Etat. Ce qui compte, c’est l’avenir. »

__

Cette « marque de confiance » du président de la République s’est manifestée dès la fin 2003, quand Xavier Peneau est promu « sous-directeur de la protection sanitaire à la direction de la protection du public à la Préfecture de police », alors que Nicolas Sarkozy est ministre de l’Intérieur.

En décembre 2005, Xavier Peneau est nommé « chef de service », « responsable de la sous-direction des affaires politiques et de la vie associative » à la direction de la modernisation et de l’action territoriale.

En mars 2007, il fait partie, comme membre suppléant, de la Commission nationale de contrôle de la campagne présidentielle, avant d’intégrer en décembre 2008 (sur décision de Michelle Alliot-Marie alors ministre de l’Intérieur), une mission chargée de statuer sur le sort des archives des Renseignements généraux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.