le nombre de réfugiés syriens dépassera bientôt un million, prévient l’onu
le nombre de réfugiés syriens dépassera bientôt un million, prévient l’onu © reuters

Les Etats-Unis se sont engagés jeudi à l'issue de la conférence des "Amis de la Syrie" à fournir pour la première fois une aide directe aux rebelles syriens, mais ceux-ci n'ont pas obtenu les armes occidentales qu'ils demandaient. La déclaration finale d'une réunion à Rome, qui a rassemblé les pays occidentaux et arabes ainsi que la Coalition nationale syrienne (CNS), principal groupe de l'opposition, souligne "la nécessité de modifier le rapport de forces sur le terrain". Les "Amis de la Syrie" vont "coordonner leurs efforts pour soutenir le peuple syrien et appuyer les efforts du Conseil militaire suprême de l'Armée syrienne libre pour assurer sa propre défense", dit le communiqué, sans plus de précisions sur la nature de l'aide en question.

Compte-rendu de cette réunion par Anaïs Feuga, correspondante à Rome

Le nouveau secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a annoncé à en marge de la réunion, que les Etats-Unis allaient plus que doubler leur aide civile à l'opposition syrienne, en débloquant60 millions de dollars supplémentaires. Washington va "étendre la fourniture de rations alimentaires et de médicaments à l'opposition, y compris au Conseil militaire suprême de l'opposition", a-t-il dit. L'aide américaine aux réfugiés syriens, qui s'est élevée à 365 millions de dollars depuis le début du conflit, transitait jusqu'à présent par les organisations humanitaires. La promesse américaine fait écho à la déclaration finale de la réunion de Rome. "Les ministres s'engagent à fournir davantage de soutien politique et matériel à la Coalition (nationale syrienne), seule représentante légitime du peuple syrien, et à fournir davantaged'aide concrète en Syrie", dit le communiqué.

"CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ"

Beaucoup de membres de la CNS estiment que le refus des pays occidentaux d'armer les rebelles renforce les groupes islamistes radicaux, qui apparaissent aux yeux des Syriens comme les plusefficaces contre le régime de Damas. Dans l'immédiat, les "Amis de la Syrie" ont préféré appeler à l'arrêt immédiat des livraisons d'armes "ininterrompues" au régime de Bachar al Assad. L'appel vise notamment la Russie, qui reconnaît ouvertement équiper militairement Damas. L'opposition et les Occidentaux accusent aussi l'Iran de fournir des armes au régime. Lors d'une rencontre à Moscou, les présidents russe et français, Vladimir Poutine et François Hollande, ont exprimé leur refus d'une dislocation de la Syrie en raison desaffrontements. La France souhaite qu'un dialogue politique impliquant toutes les parties s'ouvre en Syrie "sous une forme nouvelle" afin de débloquer la situation, a déclaré François Hollande. La déclaration finale de la conférence de Rome accuse le pouvoir syrien de commettre des "crimes contre l'humanité" en bombardant les populations civiles.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.