De la découverte de la molécule à son arrivée dans les rayons des pharmacies, le parcours d'un médicament peut nécessiter entre 10 et 15 ans.

De la recherche à la commercialisation, le parcours d'un médicament prend plus d'une décennie
De la recherche à la commercialisation, le parcours d'un médicament prend plus d'une décennie © Getty / Monty Rakusen

Le parcours d'un médicament, de son état de molécule à son arrivée dans notre sachet de pharmacie, est long, très long : entre 10 et 15 ans annoncent les professionnels du médicament.

Ce circuit est ponctué de plusieurs phases indispensables, de la recherche aux essais cliniques (pour tester son efficacité, sa tolérance par l'organisme des patients, en passant par la phase de développement industriel (conditionnement, ajustement du prix), jusqu'à son autorisation de mise sur le marché et sa commercialisation. Après cette dernière étape, le médicament peut perdurer longtemps dans les rayons du pharmacien : si son brevet arrive à expiration, c'est alors la formule de son générique qui prend le relais.

Avant la mise sur le marché

La molécule est découverte lors d'une phase de test indispensable, qui peut prendre entre quatre et dix ans : les essais pré-cliniques, dans lesquels un laboratoire définit sa stratégie de recherche, et le travail à développer sur différentes molécules (entre 100 000 et un million peuvent alors être étudiées). 

Ces dernières sont ensuite testées (parfois sur des animaux), et une infime partie d'entre elles le seront aussi sur l'homme (une dizaine seulement). 

Une fois que le rapport entre l'efficacité de la molécule, et sa tolérance sur le patient s'avère satisfaisant (une phase qui peut prendre de quatre à sept ans), le laboratoire va devoir obtenir une autorisation nationale (ANSM, Agence Nationale de Sécurité du Médicament) et européenne (EMA, European Medecines Agency). 

Validation par la Haute Autorité de Santé

Le dossier d'autorisation et de mise en production du médicament doit enfin être validé par la Haute Autorité de Santé, qui se prononce aussi sur le prix de vente du médicament et son taux de remboursement. Si le laboratoire obtient le feu vert, il enclenche ensuite sa fabrication. Une réussite qui n'était pas évidente : les statistiques des professionnels du médicament estiment qu'un laboratoire a une chance sur mille d'arriver au bout de sa mission.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.