On est pas des pédés ! Défoulons nous sur les mouettes, c’est pas elles qui protesteront ! Nous sommes bien déçus. Selon un sondage BVA pour l’UEJF et SOS-racisme, les préjugés exprimés par les français sur les arabes les juifs et les homosexuels sont en augmentation. La parole raciste se libère. On croyait que l’élection d’un noir au prénom islamique comme maître du monde calmerait définitivement les racistes, mais pas du tout ! Peut-être lui manque-t-il d’être homosexuel. Un noir homo maître du monde, ça aurait vraiment de la gueule. Ca suffirait peut-être pas. Une noire homo alors ? On se souvient de ce titre à la une d’une feuille dirigée par Marc-Edouard Nabe : « On est pas des pédés ! » On est pas des pédés, on est pas des arabes voleurs ! c’est ce que chante à longue d’antenne Eric Zemmour, en roulant de ses larges épaules. On est pas des pédés, c’est ce que braillaient sous leurs grands bérets avec leurs fusils de bois les miliciens et les débris de l’armée française après avoir pris la branlée la plus mémorable de leur histoire - comme quoi il y a branlée et branlette. Les Israéliens ne sont pas des pédés. Ta-ta-ta-ta-ta sur les bateaux qui approchent des cotes de Gaza. Fini, hein les troupeaux juifs qu’on menait à l’abattoir ! Se laissent plus faire, les juifs, z’ont donné, redonneront pas ! Théorème 1 : les juifs ne sont pas des pédés. Et là, les antisémites, qui sont aussi des homophobes, sont bien ennuyés. Car comment haïr les juifs s’ils ne sont pas des pédés, des pleutres, des femelles pleurnichantes planquées dans la banque, le ciné et les média ? Mais comme l’antisémite homophobe est aussi anti-arabe, il respire goulûment : voilà, les israéliens canardent des arabes, donc la morale est sauve. Oublions que les israéliens sont des juifs, et contentons-nous du résultat : ta-ta-ta-ta-ta sur les arabes. Oui, mais comme on n’aime pas les juifs, si on disait que les arabes sont des victimes des juifs... de malheureuses victimes... Mais alors on plaindrait les arabes... Comment détester les juifs sans aimer les arabes ? C’est vraiment compliqué la haine. Martine Aubry n’est pas un pédé. Elle n’a pas traité Sarko de Bernard Madoff, elle a simplement dit que Sarko parlant de rigueur budgétaire c’était comme Madoff expliquant la comptabilité. Elle aurait pu dire c’est comme Bernard Tapie expliquant la morale, ou Benoît 16 la pédophilie. On a tous compris qu’un ancien ministre des finances incapable de tenir les comptes, n’avait pas à donner de leçons sur les comptes. Peut-être sur le jogging ou le karaoké, mais pas sur la dette. Cela dit, elle s’est bien lancée la Martine, la preuve, même Joffrin n’est pas content dans Libé, alors qu’elle a simplement dit une évidence, et qu’il y en a marre de recevoir des leçons d’économie de bradeurs dispendieux incapables. Théorème 2 : une femme peut avoir des cojones. Et là notre auditeur de Zemmour est bien ennuyé : car si une femme peut avoir des cojones, comment théoriser la femellité des femelles ? Imaginez que vous soyez juif, arabe, homo et noir. Et femme. Qui allez-vous pouvoir détester ? La réponse est évidente : tout le monde. Théorème 3 : les arabes, les juifs, les noirs sont les pires racistes, les homos les pires hétérophobes, et les femmes pire encore. Les gens de BP sont pas des pédés. Ils ont bousillé l’une des plus belles cotes du monde, creusé sans précaution, laissé filer leur noire pollution, ils sont incapable de résoudre le problème qu’ils ont posé, ce qu’ils ont commis est un crime contre la beauté et l’humanité, et ils n’ont même pas les pieds souillés de mazout. Ils continuent de circuler en ville avec leur machine équipée d’un moteur à explosion. Et pire, ils ont réussi à transférer la faute sur le président des Etats-Unis, qui, il faut oser le rappeler, est noir. Même Félix Rohatyn, l’ex ambassadeur des Etats-Unis à Paris issu de Lehmann Brothers, a compris que là, dans le Golfe du Mexique, il se passait quelque chose de terrible. Oh, il ne remet pas en cause le capitalisme, il a 81 ans, on l’a trempé tout petit dans le mazout et le fric, mais il sent bien, intuitivement, que le problème est grave. Le capitalisme, entendu au sens large, a pour fonction de transformer la haine et le désir sexuel en travail genre extraction de pétrole. Ce type de travail est un refoulement. Quand il n’ y a plus de travail, la haine ressort, on cherche à casser quelque chose. Mais ce travail est aussi un défoulement, un défoulement sur la nature : défoulons-nous sur ce qui est plus faible que nous, les oiseaux et les paysages. C’est pas eux qui protesteront. La nature est notre bouc-émissaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.