Lors de la "fête à Macron", le seul incident sérieux a été la dégradation d'un véhicule technique utilisé par les reportes de Radio France. Une personne est en garde à vue.

Le véhicule de Radio France, vitre cassée, contre lequel une grenade lacrymogène a été lancé
Le véhicule de Radio France, vitre cassée, contre lequel une grenade lacrymogène a été lancé © AFP / YANN CASTANIER / HANS LUCAS

Trois des quatre personnes placées en garde à vue samedi, en marge de la manifestation "Fête à Macron" qui s'est tenue à Paris, y étaient toujours ce dimanche après-midi, selon la préfecture de police. La quatrième, mineure, trouvée en possession d'"armes par destination" (objet dont la fonction première n'est pas d'être une arme), a fait l'objet d'un rappel à la loi.

L'une des personnes en garde à vue est l'auteur présumé des dégradations commises sur un véhicule technique de Radio France stationné place de la Bastille, le "seul incident sérieux" à signaler lors de cette manifestation, selon la préfecture de police. Radio France confirme, par ailleurs, son intention de porter plainte.  La société des Journalistes de Radio France considère que _"_Quand une cinquantaine de personnes s'en prennent à des journalistes, la liberté de la presse n'est plus à la fête..."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Huit personnes ont été interpellées, samedi, en marge de cette manifestation, organisée à l'appel de la France insoumise, pour dénoncer la politique gouvernementale.

Un policier qui intervenait pour sécuriser le véhicule a été blessé "sans gravité" par un jet de projectile. Il a été transporté à l'hôpital. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.