A peine un mois après le lancement de leur 28e campagne d’hiver, les Restos du cœur enregistrent déjà une hausse de 12% des demandes par rapport à l’an dernier. Soit l'équivalent de 100 000 personnes supplémentaires. Selon le président de l'association, Olivier Berthe, ils ont donc besoin d'une mobilisation de leurs donateurs pour faire face à la situation.

Ecoutez le reportage en Seine-Saint-Denis de Mathilde Dehimi

Dans ce contexte, Olivier Berthe a pressé le gouvernement de se battre pour obtenir le maintien à son niveau actuel de l'aide alimentaire européenne pour les plus démunis, qui est aujourd'hui en débat.

la demande pour les restos du coeur en hausse de 12%
la demande pour les restos du coeur en hausse de 12% © reuters

"Il semblerait que le gouvernement soit en train d'accepter un compromis avec l'Allemagne ou l'Angleterre", a-t-il indiqué, ajoutant: "Il ne faut pas que le gouvernement aille sur ceterrain avec l'Allemagne et l'Angleterre, car ça veut dire moins d'aides et donc la fin de l'aide alimentaire en Europe."

"Il ne faut pas que le gouvernement se batte sur ce mauvais compromis. Il faut demander la prolongation du programme d'aide alimentaire, qui bénéficie à 18 millions d'Européens pauvres",a-t-il souligné. Pour les Restos du coeur, cette aide représente 23% des repas distribués et 15% de ses ressources, selon son président.

Créé en 1987, le Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD) est un mécanisme d'aide alimentaire financé par l'UE qui permet la distribution aux populations pauvres de la communauté européenne d'une partie des surplus agricoles européens.

L'Allemagne estime qu'il ne relève pas des compétences communautaires. Lors de sa campagne d'hiver 2011/2012, les Restos du coeur ont accueilli environ 870.000 personnes par jour et distribué115 millions de repas.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.