L’Institut Curie développe le concept des chiens renifleurs capables de dépister les patients atteints de cancer

Les chiens seraient capable de dépister les odeurs tumorales
Les chiens seraient capable de dépister les odeurs tumorales © Fotolia / 1stGallery

L’Institut Curie a décidé de miser 80.000 euros sur ce concept original : le projet K-dog, qui veut développer le dressage de chiens renifleurs à repérer d’éventuelles tumeurs cancéreuses sur des patients. Ces tumeurs, qui dégagent une odeur spécifique, pourraient être ainsi détectées plus vite, avec ce système inédit de dépistage.

En travaillant sur les plaies que forment certaines tumeurs, Isabelle Fromantin, infirmière à l'Institut Curie et docteur en sciences, s'est rendu compte que les bactéries qui s’y trouvaient dégageaient des odeurs, repérables sur la patiente. Après quelques recherches sur le sujet, elle a aussi trouvé dans une vieille étude américaine que les chiens avaient la capacité de reconnaitre l'odeur de la tumeur.

Un système de dépistage moins cher

Il s’agit donc, dans le projet K-dog, de prouver que les chiens renifleurs sont bien capables de déceler ces odeurs tumorales. Pour cela, deux chiens, Thor et Nykios, seront dressés à partir du mois d'août prochain selon le procédé suivant : leur faire renifler des chiffons entrés directement en contact avec la tumeur d’une patiente atteinte d’un cancer du sein, ou seulement avec avec sa poitrine. Si le test est concluant, les chiens seront capables ensuite de détecter d’éventuelles tumeurs du même type sur d’autres patientes.

Les explications du projet, par Isabelle Fromantin : "Un projet unique, original"

Ce nouveau procédé, sans pour autant remplacer les mammographies, pourrait constituer un outil de diagnostic supplémentaire et à moindre coût, en plus de pouvoir peut-être convaincre les 30% de françaises qui ne vont jamais se faire dépister.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.