Un révolutionnaire flamenco, de jeunes compagnies qui déjà tiennent leurs promesses, des musiciens aventureux et amoureux. Une chambre pleine de secrets, une histoire d’amour sous un chapiteau, une porte ouverte sur l’Afrique, un bal contemporain et nomade… Danse, musique, cirque… et plus encore. ...

Quelques spectacles

La chambre d-Isabelle - Jan Lauwers & Needcompany - Théâtre

Depuis sa création au festival d’Avignon en 2004, La Chambre d’Isabella n’en finit par de diviser le public : il y a ceux qui l’ont vue (et très souvent revue), et puis ceux qui en rêvent. Il y a ceux qui veulent en parler et ceux qui guettent le rais de lumière sous la porte. Les premiers tentent de raconter ce qui est devenu un moment de leur vie : le récit d’Isabella Morandi, aveugle et majestueuse, 94 ans, 73 amants, et la légende du prince du désert, et cette chanson, aussi, “We just go on”, qui revenait sans cesse, et ces objets africains par milliers… Mais hélas, les autres, perplexes, restent devant la porte de cette chambre, qu’ils sont impuissants à imaginer.N’attendez donc pas d’y pénétrer avec des mots, car La Chambre d’Isabella est un spectacle en forme de pièce à vivre, où se croisent avec une unique fluidité le récit, la danse, la musique et le théâtre. Beau paradoxe : elle offre tout ensemble un moment d’infinie douceur et une inoubliable claque.Au théâtre Le Monfort

La chambre d'Isabella
La chambre d'Isabella © Eveline Vanassche

La curva, Israel Galván - Nuevo flamenco

Pourquoi “La Curva” ? Parce que la ligne droite, c’est très surfait. S’il avait suivi la ligne droite, Israel Galván aurait pu être le plus célèbre des danseurs de flamenco. Préférant la courbe, il est devenu le plus célébré des danseurs inclassables. Filant vers des territoires inconnus, empruntant au buthô comme au football, il se fait tour à tour toréador et porteuse de pain, discobole et cancrelat, Gene Kelly et Joseph K. Pour ce nouveau spectacle, il s’est entouré d’un trio de bêtes de scène : le virtuose du compas Bobote, la chanteuse Inés Bacán, incarnation émouvante de la tradition du cante jondo gitano-andalou, et la pianiste Sylvie Courvoisier, aventurière des musiques contemporaines, suisse émigrée à New York, comparse de John Zorn, et compositrice – entre autres – d’un concerto pour guitare électrique… Le résultat est beau comme la rencontre inespérée, au coeur d’un no man’s land, de deux maîtres du rythme et de deux maîtresses des cordes. L’ombre d’un café de hasard, où l’on se roule soi-même dans la farine, où l’on ne veut pas être seul parce qu’on a personne à qui penser, où toutes les errances trouvent une place.Au théâtre de l'Athénée Louis-Jouvet

Danza 220V - Nuevo flamenco

Amateurs de fureur et de robes à pois, d’oeillets et de typique, passez votre chemin… ou apprêtez-vous à régénérer votre vision du flamenco. Garants et gardiens de la tradition, Rafael Estévez et Nani Paños affichent avec éclat leur intention de la tenir vivante… c’est-à-dire de la faire évoluer.Au théâtre de l'Athénée Louis-Jouvet

Pour le meilleur et pour le pire, Cirque Aïtal

Cirque Aïtal
Cirque Aïtal © Mario del Curto

“Pour nous, le corps raconte beaucoup plus que les mots.” À cela, Victor Cathala, cofondateur du cirque Aïtal, n’a pas besoin d’ajouter de longues explications. Il suffit de considérer le couple qu'il forme avec la voltigeuse Kati Pikkarainen : 1,87 m contre 1,53 m, 100 kilos contre 47. Lui brun de Toulouse, elle, blonde de Finlande. Lui au sol, elle en l’air. Le colosse et la voltigeuse, ensemble à la ville comme sur scène, pour le meilleur et pour le pire, comme l’indique le titre de ce nouveau spectacle, qui raconte les hauts – très hauts – et les bas d’une vie de cirque, vie amoureuse et artistique, compagnonnage de chaque instant.Tout en opposition et en harmonie, Victor et Kati réussissent à effacer la prouesse physique des portés acrobatiques pour laisser libre cours à des situations poétiques ou burlesques. Au-delà de la performance et presque sans un mot, ils racontent la fragilité d’une relation affective, la confiance, le souffle partagé.Parc de Bercy

L’Extra Bal, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna & Le Cabaret contemporain - Musique et danse

Danser sur John Cage ? Guincher sur de la musique contemporaine ? Vous plaisantez ?Mais pourquoi pas, au fait ? Spectacle et expérience collective, L’Extra Bal donne les clefs pour entrer dans la musique et dans la danse. Emmenés par Brigitte Seth, Roser Montlló Guberna et les musiciens du Cabaret contemporain, piétinez vos préjugés !Hotel de ville de Paris, Centquatre et un lieu tenu secret

La Porte du non-retour, Philippe Ducros - Arts plastiques

La Porte du non-retour : c’est le nom d’un monument que l’on retrouve à quelques endroits en Afrique de l’Ouest, en mémoire des millions d’esclaves déportés vers l’Amérique. Un emblème de l’exil – puisque la porte signifiait l’adieu définitif à la terre natale.C’est aussi le titre d’un spectacle en forme d’expérience conçu par le Québécois Philippe Ducros. Parce qu’il a passé les dix dernières années à traverser les frontières qui séparent les pays, il n’aime rien tant qu’abattre celles qui prétendent séparer les arts.Résolu à “sortir le spectateur de sa cuisine et de son salon pour l’emmener sur les routes, vers les autres”, il associe photo, théâtre et récit intime pour un voyage au long cours au coeur des crises de l’Afrique de l’Ouest, symboles de tous les exodes et de toutes les migrations.A la Maison des métallos

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.