Plusieurs vidéos intimes d'élus locaux ont été diffusés ces dernières semaines, mettant en lumière la double vie de ces responsables.

Un couple iranien assis devant Téhéran, la capitale iranienne (07/06/2014)
Un couple iranien assis devant Téhéran, la capitale iranienne (07/06/2014) © AFP / ATTA KENARE

Si l'on connaît le phénomène en occident, il est quasiment inédit en Iran. Le site de France 24 nous dit que c'est une première depuis la Révolution Islamique de 1979. Le scandale a éclaté tout début août, des images d'Ali Mohammad Ahmadi, l'ancien gouverneur d'une province su sud-ouest du pays, au lit, nu, avec une femme. Ils sont filmés par une caméra cachée apparemment. Selon les médias locaux, il a été piégé par des renseignements étrangers, pour le forcer à l'exil au Canada mais comme il aurait refusé, toujours selon la presse locale, la vidéo aurait été diffusée.
Deuxième salve deux jours après, une autre vidéo où l'on voit l'ancien gouverneur avec la même femme, qui n'est pas son épouse, en train de l'embrasser et de discuter. Ahmadi est un proche du gouvernement Rohani, centriste et réformiste, il s'est lancé dans la campagne pour les légis-latives de l'an prochain.

Trois jours après, Ahmadi a été rejoint par un second homme politique piégé.  Abbas Malekzadeh, le maire de Sadra, une ville dans le sud de l'Iran. S'il s'agit certainement de manœuvres politiciennes, pour les journalistes iraniens cela prouve surtout l'hypocrisie de la société et des politiques iraniens. La double vie de nombreux hommes de pouvoir est un secret de polichinelle. Mais la diffusion de ces images démontre les passe-droits de ces élus.
Car eux ne devraient pas avoir à répondre de leurs actes, alors qu'il y a une dizaine d'années, une actrice avait été piégée par une sextape, elle avait été arrêtée, condamnée et contrainte à l'exil. Une loi avait été votée pour punir toute vidéo à caractère sexuel de la peine de mort

Sous les Radars ce soir également, une cathédrale brûle à Philadelphie,
Et le club d'Arsenal donne un bon coup de pouce au tourisme au Rwanda.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.