Voici les personnes signataires des derniers statuts mis à jour d’ « Alternative Leader France » le 20 décembre 2005 (document versé au greffe du Tribunal de commerce de Paris, le 13 janvier 2006) :

Il s’agit d’Eric Le Moyne de Sérigny , de Bernard Lozé , de la Société civile Bernard Lozé (représentée par Bernard Lozé) , de Sharon Thompstone (Groupe Sharon Thompstone) , de Patrice Pailloux (Somangest-Vesigest SA) , de Guillaume Dard (Montpensier finance) , de Christian Langlois Meurinne (EURIDI, filiale d’IDI).

Dans ces statuts de 2005, on trouve également le nom d’Olivier Roussel, présent au conseil d’administration de sociétés liées à l’homme d’affaires Vincent Bolloré.

Sa biographie du Who’s Who présente Olivier Roussel comme administrateur de Bolloré (depuis 1982) , administrateur d’ « Arc Union » (de 1982 à 1994), membre du conseil de surveillance de « Roussel Uclaf » (de 1975 à 1982), vice-président (de 1987 à 1989), président (de 1989 à 1990) du conseil de surveillance d’ »Eminence SA », administrateur (depuis 1991), membre du comité de direction (1993), directeur général (de 1994 à 2005) puis président d’ « Istac SA » –dont Eric de Sérigny a été l’administrateur, au moins entre 2003 et 2006–, administrateur de « Financière Moncey » (depuis 1996), de « Saga » (depuis 1997), de la « Société industrielle et financière de l’Artois » (depuis 1997) et de « Bolloré investissement » (depuis 1998) , membre du conseil de surveillance de « Carrère Group » (de 2000 à 2006) et d’ « Alternative Leaders France » (de 2003 à 2006).

Dernier nom figurant sur ces statuts de 2005 : Pierre Rochon, président d’Alternative Leaders SA Luxembourg, depuis 2004 (selon sa propre notice biographique du Who’s Who)

Gendre de Gérard Longuet, Pierre Rochon est l’ancien président de la banque Drexel Burnham Lambert : PDG de « Drexel Burnham Lambert Services SA » (depuis 1975), senior vice-président de « Drexel Burnham Lambert Inc », président (1989) de « Drexel Burnham Lambert SA », administrateur délégué de la société « Voolback » (1992), président de « Starline communications SA » (de 1999 à 2000), directeur de « Richelieu finance » (2001) –dont Eric de Sérigny a été l’administrateur– , membre du directoire de « Technium SA » (de 2000 à 2002), administrateur de « Nouvelle Primateria SA » (depuis 1976) et de « Technium SA » (de 2000 à 2002).

Son nom avait été cité par la presse, en 1994-1995, en marge de l’enquête du juge Renaud Van Ruymbeke sur le financement du Parti républicain . Pierre Rochon était, à l’époque, soupçonné d’avoir acheté un appartement à Boulogne-Billancourt, grâce à 3 millions de francs du banquier Alain Cellier, proche du PR et de Gérard Longuet (ce dernier a été relaxé dans les différents dossiers judiciaires le concernant, le non-lieu le plus récent a été rendu en février 2010).

Pierre Rochon a fait partie des premiers membres du conseil de surveillance d’ « Alternative Leaders France » , avec Bernard Lozé, Christian Langlois-Meurinne, Guillaume Dard, Olivier Roussel et Patrice Pailloux.

Réagissant en juillet dernier à l’affaire Woerth/Bettencourt, Gérard Longuet, président du groupe UMP au Sénat, estimait avoir « été victime de la République de la délation » , tandis qu’Eric Woerth était, à ses yeux, « victime de la République des rumeurs. »

__

> Voir les signataires des statuts de la société « Alternative leaders-France »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.