28 JANVIER à 18h30, 29 JANVIER à 18h, 30 JANVIER à 20h30, en espagnol et en anglais surtitrés en français, durée 1h10, salle Christian Bourgois

Calixto Bieito est venu en 2003 à MC93 avec une version décapante de l’opéra de Kurt Weill, L’Opéra de quat’sous, servie par un remarquable travail sur l’œuvre et des comédiens formidables. Nous gardons depuis une relation proche avec le metteur en scène catalan, présent sur toutes les scènes d’opéra d’Europe.

Le Corbeau (The Raven) est un prodigieux poème d’Edgar Allan Poe . En France deux génies l’ont traduit : Charles Baudelaire et Stéphane Mallarmé . Dans les années soixante, Julio Cortázar a traduit les œuvres de Poe en espagnol et Calixto Bieito a composé Desaparecer (Disparaître) à partir d’histoires et de poèmes de Poe, Le Corbeau, Le Chat noir , d’autres encore.

Juan Echanove, qui a tourné avec toute la galaxie du cinéma espagnol, notamment Pedro Almodóvar et Penelope Cruz – dans Manolete__ – est celui qui disparaît dans le brouillard, dans le blanc, dans le néant (scénographie parfaite). Maika Makovsky , étonnante chanteuse majorquine , accompagne ce voyage au bout de la nuit.

Baudelaire

…Mais, le corbeau induisant encore toute ma triste âme à sourire, je roulai tout de suite un siège à coussins en face de l’oiseau et du buste et de la porte ; alors, m’enfonçant dans le velours, je m’appliquai à enchaîner les idées aux idées, cherchant ce que cet augural oiseau des anciens jours, ce que ce triste, disgracieux, sinistre, maigre et augural oiseau des anciens jours voulait faire entendre en croassant son — Jamais plus !

DESAPARECER / disappear
DESAPARECER / disappear © David Ruano

Mallarmé

…Le Corbeau induisant toute ma triste âme encore au sourire, je roulai soudain un siège à coussins en face de l’oiseau et du buste et de la porte ; et m’enfonçant dans le velours, je me pris à enchaîner songerie à songerie, pensant à ce que cet augural oiseau de jadis — à ce que ce sombre, disgracieux, sinistre, maigre et augural oiseau de jadis signifiait en croassant : « Jamais plus. »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.