Le Tribunal aux armées du Paris relève que deux témoins masculins font également état " d'une collaboration active des militaires français à l’extermination des Tutsi , consistant notamment à encourager les miliciens Interahamwe (extrémistes hutu) à tuer des Tutsis, à leur livrer des Tutsis et à leur distribuer des armes après les avoir antérieurement entraînés militairement, et d’actes perpétrés par les militaires français en réaction à la progression des troupes du FPR."

Le premier témoin masculin, S.S ., déclare ainsi :

__

Cette pratique du viol était répandue dans d’autres endroits , mais c’était plus facile à Nyarushishi, car ce camp était sous le contrôle des militaires français.

Le deuxième témoin, A.K , explique :

Ces femmes et ces filles violées par les Français étaient toutes des Tutsi. Aucune des femmes Hutu, parmi celles qui s’étaient réfugiées avec leur mari Tutsi n’a été violée.

Soldat français de l'opération Turquoise au Rwanda
Soldat français de l'opération Turquoise au Rwanda © U.S. Army / SSGT ANDY DUNAWAY
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.