quatre offres de reprise pour la raffinerie petroplus de petit-couronne
quatre offres de reprise pour la raffinerie petroplus de petit-couronne © reuters

Les offres des groupes libyen Murzuq Oil et panaméen NetOil pour la reprise de la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime) ont été jugées mardi recevables par les administrateurs judiciaires, ont indiqué les syndicats du site.

"Deux offres ont été jugées recevables par le juge commissaire et les administrateurs judiciaires, celles de NetOil et de Murzuk", a déclaré Laurent Papinier, représentant CFDT au comité d'entreprise de Petroplus.

Jean-Luc Brouté, secrétaire général CGT de la raffinerie, a précisé que les administrateurs feraient le nécessaire pour une audience avant le 16 avril devant le tribunal de commerce de Rouen.

Un rachat avant le 16 avril

Quatre candidats à la reprise de la raffinerie avaient déposé vendredi leurs offres. Outre Murzuq Oil et NetOil, il s'agissait d'Oceanmed Seasky System Limited, une société basée à Hong Kong, et de GTSA, une société luxembourgeoise.

Début février, les administrateurs provisoires avaient estimé qu'aucune offre de reprise du site, à l'arrêt depuis plus d'un an après la faillite de sa maison-mère Petroplus, n'était assez complète pour être présentée au tribunal.

Le site emploie 470 personnes. Le gouvernement s'est engagé à fournir un soutien de l'Etat, via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), afin d'assurer la sauvegarde de cette raffinerie en cas d'"offre crédible". Le 16 avril prochain, faute d'un possible rachat, la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne fermera ses portes.

Marc Parrad, édité par Yves Clarisse

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.