Les Italiens, 47 millions d'électeurs, sont appelés aux urnes depuis hier pour les législatives, après la dissolution du Parlement le 22 décembre dernier. Jusqu'à 15 heures, ils doivent élire leurs 630 députés et 315 sénateurs pour un mandat de cinq ans et choisir ainsi un successeur à Mario Monti, élu en 2008.

Ces élections sont très suivies par les marchés financiers qui craignent un blocage politique susceptible de ranimer la crise de la zone euro.

Les premiers résultats devraient être connus demain soir vers 20 heures.

A la mi-journée dimanche, la participation était en légère baisse.

Ecoutez les précisions d'Anais Feuga

Le ministère de l'Intérieur demande aux électeurs de voter et dit avoir pris des mesures pour que le mauvais temps n'empêche personne de glisser son bulletin dans l'urne.

La ministre de l'Intérieur, Anna Maria Cancelleri, déclare:

Les élections sont un moment fondamental pour une démocratie et nous voulons que tous nos citoyens les vivent de la meilleure façon possible.

La nuit entre ces deux jours d'élections s'est passée dans une certaine tension. Reportage de Mathilde Lemaire.

Selon les derniers sondages, le centre gauche de Pier Luigi Bersani est en tête avec près de 34% des intentions de vote. La coalition de droite menée par Silvio Berlusconi et le PLD est créditée d'environ 30%.

Et si... Berlusconi ?

Car le Cavaliere s’est lui aussi lancé dans la bataille, à la tête d’une coalition de droite, en s’alliant parfois localement avec des listes d’extrême droite comme la Ligue du Nord ou la Destra. Les sondages le donnent donc en seconde position. Mais que peut encore espérer Silvio Berlusconi ?

La réponse avec Jean-Pierre Darnis, de l’Institut des affaires internationales de Rome.

En tout cas cette campagne s'est déroulée de façon bien particulière, avec des personnalités fortes opposées dans un contexte pour le moins difficile, notamment sur le plan économique.

La campagne électorale s'est achevée vendredi à minuit. Anaïs Feuga a suivi les derniers meetings

Beppe Grillo et son "Tsunami tour"

élections législatives en italie
élections législatives en italie © reuters

L’un des phénomènes de ce scrutin est la place qu’aura le mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo. L’homme tient son mouvement et ses candidats d’une main de fer. Pendant son "tsunami tour", l’ex comique a visité près d’une 100aine de villes.

Pour son dernier meeting, l'humoriste italien a volé la vedette à ses concurrents des partis traditionnels en rassemblant un demi-million de personnes dans le centre de Rome.

Anais Feuga est allée à la rencontre de ses électeurs

Echec annoncé pour Monti

Mario Monti
Mario Monti © Radio France / MM

Le sortant Mario Monti pourrait n’arriver qu’en 4ème position de cette élection, ce qui serait un échec.

Ecoutez les précisions d'Anais Feuga

.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.