PARIS (Reuters) - Libération publie mercredi le détail de la dette de 5.500 collectivités françaises ayant souscrit, selon le quotidien, des prêts toxiques auprès de la banque Dexia crédit local (DCL) entre 1995 et 2009.

Le quotidien, qui dit s'appuyer sur un fichier confidentiel de la banque, écrit que DCL avait distribué pour 25 milliards d'euros à ses clients au plus fort de la "bulle". Selon l'estimation faite par la banque, le surcoût de ces emprunts était évalué à 3,9 milliards d'euros fin 2009, rapporte Libération.

"La banque qui a ruiné 5.000 communes", titre Libération, qui publie sur son site internet (www.liberation.fr) une carte des collectivités ayant souscrit des prêts toxiques auprès de Dexia.

Libération cite notamment l'exemple d'Antibes, qui aurait emprunté 60 millions et devrait payer 21 millions en plus de cette somme, ou encore du département de la Loire, qui devrait rembourser 22 millions en sus des 96 millions de prêts toxiques.

Dexia n'a pas voulu faire de commentaire dans l'immédiat mais un porte-parole a dit que la banque n'excluait pas d'engager "toute action appropriée dans l'intérêt de Dexia et de ses clients".

Patrick Vignal, avec Juliette Rouillon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.