Dominique Baudis
Dominique Baudis © MaxPPP/Patrick JAMES

Le défenseur des droits et ancien maire centriste de Toulouse Dominique Baudis est mort jeudi matin, à quatre jours de son soixante-septième anniversaire. Il avait été opéré il y a quelques mois du cervelet.

Dominique Baudis avait été nommé Défenseur des droits par Nicolas Sarkozy en juin 2011, et était le premier à exercer cette fonction.

Il avait également été journaliste de radio et de télévision, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de l'Institut du monde arabe.

► ► ► REVOIR | Dominique Baudis était l'invité de la matinale de France inter en décembre 2013

La carrière de Dominique Baudis

Les médias, l'Etat et l'affaire Allègre ... Les vies de Dominique Baudis vues par Carine Bécard

dominique baudis est mort
dominique baudis est mort © reuters

Journaliste, homme politique et responsable audiovisuel, Dominique Baudis est né le 14 avril 1947 à Paris. Il est le fils de Pierre Baudis qui fut Maire de Toulouse de 1971 à 1983. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il fonde en 1965 le mouvement des Jeunes démocrates.

Journaliste pour Radio Orient puis à l'ORTF, il couvre la guerre du Liban en 1975. Il entre l'année suivante à TF1 en tant que grand reporter, présente le journal de 20H puis le Soir 3 de FR3.

Au début des années 80, il s'engage en politique . Il part en campagne pour les élections municipales de Toulouse en 1983. Elu dès le premier tour, il occupe le siège de Maire jusqu'en 2001. Il devient conseiller général et député (1986-2002) de Haute-Garonne, président de la région Midi-Pyrénées (1986-1989) et député européen (en 1984, 1994 et 2009). Affilié au courant centriste, il porte successivement les couleurs de l'UDF, Force Démocrate et de l'UMP.

Nommé en 2001 président du CSA , il arbitre le lancement de la Télévision Nationale Terrestre (TNT). Camille Pascal a été directeur de cabinet de Dominique Baudis quand il était président du CSA.

Il a eu plusieurs vies.

Il est victime durant son mandat, en 2003, de rumeurs l'impliquant dans une affaire de moeurs. Il en ressort blanchi après que la Cour d'appel de Toulouse ait confirmé la diffamation.

Adepte de culture libanaise, il dirige l'Institut du Monde arabe en 2007 jusqu'à sa nomination en 2011 au poste de Défenseur des Droits .

Biographie réalisée avec la documentation de Radio France

__

Les réactions sur Twitter du monde politique

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.