1 min

E Doux

Les 1700 salariés du pôle frais y voient un peu plus clair quant à leur avenir. Le tribunal de commerce de Quimper se prononcera début septembre. L'Etat avait promis qu'il répondrait présent aux cotés des repreneurs et que les aides seraient conditionnées au volet social des offres de reprise. Les tractations vont donc se poursuivre.Annaïg Haute,

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.