Hypothèse 1 : DSK sort à poil de la douche - et non en costard comme il a l’habitude – et brusquement tend la main à une prolétaire, car son cœur socialiste a battu au spectacle d’une afro-américaine exploitée. Il est donc innocent. Car c’est trop beau pour être vrai, cette histoire ; ça tombe trop bien, juste à point. Souvenez-vous de l’affaire Baudis : ce pauvre Dominique qui suait à grosses goutes en direct à la télé en tachant vainement de se disculper à propos des partouzes suivies de crimes sur des prostituées dont il était accusé. A l’époque, Paris bruissait des partouzes de Baudis. Ah ça, Baudis, un queutard de la première espèce ! Pas de fumée sans feu ! Or l’affaire avait été complètement inventée et Dominique Baudis, tant mieux pour lui, a été blanchi. Une journaliste de Libé s’excusa même en public à la demande de son avocat, et continua d’exercer son métier. L’une des rares constantes de l’histoire politique, de tous les pays, pas seulement de la France, est que les hommes politiques sont des obsédés sexuels. « Le ventre et le bas-ventre », disait Raymond Badiou, ancien maire de Toulouse, le père du philosophe Alain Badiou. « Et encore, ajoutait-il : plus que le ventre, c’est le bas-ventre qui les mène ». Quiconque a fréquenté un petit peu les sphères du pouvoir tombe sur des affaires de sexe, partout, sous tous les dossiers, derrière toutes les biographies et toutes les élections. Demandez à Rachida Dati. Est-ce que la droite est plus obsédée que la gauche ? Ca se discute. Il aurait fallu un débat Giscard-Mitterrand sur la question. De tous les salauds de droite qui participent à la curée, le meilleur est Debré, qui reproche à DSK d’être sorti « il y a quelques mois » (c’était il y a deux ans et demi) avec une de ses subordonnées... Debré le toubib...Il a jamais vu un toubib coucher avec une de ses infirmières, Monsieur le Professeur de Médecine ? Jamais entendu parler des « infirmières nues sous leur blouse » quand il était interne ? C’est quoi ces cris de pucelle ? Chirac, il couchait pas ? Giscard ? Et pour rester dans les présidents, Tonton il couchait pas ? Et Sarko il couchait pas ? Vous voulez les noms des journalistes du Figaro qu’il a sautées ? Et celles de TF1 ? La différence entre un violeur et un séducteur, c’est que celui-ci est incapable de violence. DSK aurait-il pété un plomb ? Lui le raisonneur, le malin, le type capable de résoudre un problème de théorie des jeux pendant une réunion qu’il anime au FMI ? Connaissant le gars, et connaissant sa connaissance de l’Amérique et du statut des noires américaines, comment imaginer une seconde qu’il ait pu porter la main sur une afro-américaine, qui traine avec elle tout l’inconscient de l’esclavage et de la prostitution forcée aux blancs ? Quiconque a vécu aux Etats-Unis sait qu’il qu’existe un tabou, au-delà de la femme américaine, un tabou au carré, c’est la femme noire américaine. Intouchable. Absolument intouchable. D’ailleurs, cherchez pas des couples mixtes la-bas : il n’y en pas. Il n’y a qu’en France, le pays soi-disant raciste, qu’il existe des couples mixtes. Hyptohèse 2 : DSK a violé une femme de ménage. Il voit une technicienne de surface entrer dans sa chambre avec sa serpillère et son balai et lui saute dessus : il mérite la cabane. L’un des grands progrès de la société moderne est d’avoir enfin pénalisé le viol, l’agression sexuelle et tous les comportements machistes vis-à-vis des femmes. Très bien qu’on ne puisse plus impunément engrosser les bonniches, ce que fit la bourgoisie pendant deux siècles. « Le halètement complaisant de la servante » (Marcel Aymé). Lisez la fin de « Pot Bouille » de Zola et pleurez mes amis, pleurez sur l’hypocrisie de la droite. Cela dit, la société américaine est obsédée par le cul. Pas un film, un roman qui ne tourne autour de l’obsession sexuelle. Pas un clip musical qui ne soit obscène et une incitation à la masturbation. Il n’y a pas plus malades, hystériques et obsessionnels que les puritains américains, sauf peut-être les mollahs et les ayatollahs. Les américains devraient se mettre à la burka, au lieu d’exiber leurs bimbos sur tous les murs et sous toutes les faces. Souvenez-vous de Clinton, et des rapports de soit-disant « experts », complaisamment étalés dans la presse sur ses fellations par Lewinski (et que le sperme partait plutôt vers la gauche, et que Clinton avait une déformation du pénis etc. etc.) Les américains compensent leur démesure consommatrice, leur dette abyssale et leur hyperprédation sur le monde par un hyper-puritanisme de façade qu’on ne retrouve que chez « l’ignoble bourgeoisie à qui le pouvoir est échu » (Balzac). Hypothèse 3, la bonne : DSK se suicide pour sauver la gauche. Il en a tellement marre d’être fliqué sur son fric et ses affaires de cul, qu’il passe à l’acte. Il sait que Tristane Banon (la journaliste qui l’a accusé de viol pendant une interview dans une émission d’Ardisson) va porter plainte contre lui, c’est dans les tuyaux, la droite mitonne le coup, ça va sortir dès qu’il sera candidat déclaré. Candidat, il aurait eu l’affaire Banon entre les jambes en pleine campagne. Il passe à l’acte. DSK a sauvé la gauche.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.