anne sinclair et dsk menacent de porter plainte à l’approche de la parution du livre "belle et bête"
anne sinclair et dsk menacent de porter plainte à l’approche de la parution du livre "belle et bête" © reuters

Dominique Strauss-Kahn demande à la justice la saisie du livre de Marcela Iacub racontant leur liaison, avant sa sortie prévue mercredi. Il estime que l'ouvrage porte "atteinte à l'intimité de sa vie privée". Il demande aussi des dommages et intérêts.

Mais qu'y a-t-il vraiment dans l'ouvrage de Marcela Iacub, "Belle et Bête" ? Le grand public n'en saura rien, ou pas grand-chose, avant la publication de l'ouvrage prévue mercredi... si elle a bien lieu. Car les extraits publiés dans Le Nouvel Observateur et la campagne médiatique pour faire monter le suspense ont déjà "dégoûté" l'ancien patron du FMI. Suffisamment pour le pousser à réclamer la saisie du livre avant même sa sortie, et pour attaquer le magazine.

Dans "Belle et Bête", Marcela Iacub raconte sa liaison de sept mois avec un personnage (jamais nommé) qui ressemble fort à DSK. D'ailleurs, l'auteur elle-même a confirmé dans une interview qu'il s'agissait de Dominique Strauss-Kahn, qu'elle décrit dans son ouvrage comme "mi-homme mi-cochon".

Mi-"trompeur", mi-"fielleux"

Au-delà de ses qualités littéraires (encore inconnues), c'est le fond (encore flou) qui a réveillé la colère du principal intéressé. Dans un courrier adressé à l'un des fondateurs du Nouvel Observateur, et publié par Le Figaro, DSK dit son "double dégoût" : "celui que provoque le comportement d'une femme qui séduit pour écrire un livre", une "atteinte méprisable à ma vie privée et à la dignité humaine", et celui "à l'égard du Nouvel Observateur, s'avilissant dans une publication commerciale et crapoteuse qu'on croyait réservée à la presse de caniveau". Il ajoute avoir "demandé à ses avocats d'étudier toutes les voies légales pour combattre cette abomination".

Des avocats qui vont donc demander à la justice la saisie du livre en question. Ils vont également demander 100.000 euros de dommages et intérêts à Marcela Iacub et à Stock, l'éditeur. Même somme réclamée à l'hebdomadaire pour la publication des "bonnes feuilles".

L'audience aura lieu mardi à 10h au tribunal de grande instance de Paris.

Anne Sinclair, citée dans l'ouvrage, dénonce elle "un récit trompeur et fielleux de l'entrevue, se livrant à une interprétation diffamatoire et délirante de ses pensées".

Interrogé sur ce livre sur France Inter, Manuel Valls a déclaré qu'il ne l'avait pas lu, mais qu'au vu des extraits publiés dans la presse, "c'est plutôt le dégoût qui l'emporte".

__

Écoutez la réaction du ministre de l'Intérieur, interrogé par Pascale Clark.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.