« Le droit qu'à le peuple à détenir et porter une arme ne sera pas transgressé » dit le deuxième amendement de la Constitution

Les citoyens américains peuvent être ouverts sur la question de l’avortement et du mariage gay mais il ne faut jamais remettre en cause leur droit à porter une arme.

Le droit à porter une arme
Le droit à porter une arme © Radio France / WC

C'est une question de légitime défense, plaident ils.

Victime facile ou citoyenne armée ?

Laissez les criminels se poser la question,

dit le slogan de cette affiche.

Sous entendu le droit au port d'armes assure la protection du citoyen et la prévention des crimes.

En dépit des vagues d’émotion après une tuerie, notamment celles intervenant en milieu scolaire, les tentatives de contrôler les armes échouent systématiquement aux Etats-Unis, notamment face au lobby des chasseurs très puissant à Washington.

Traditionnellement les Républicains soutiennent le port d’armes. Les Démocrates font mine de ne pas s’intéresser au débat.

Pour Mitt Romney , la vie est sacré mais le port d’armes aussi. C’est un droit individuel inaliénable essentiel au bon fonctionnement d’une société libre. Gouverneur du Massachussets, il avait instauré le 7 mai comme la fête du droit à porter une arme .

Barak Obama était au début de sa carrière politique un adversaire du port d’armes. Depuis conscient du terrain glissant, il cultive l’ambigüité et le compromis. Après un massacre cet été dans un cinéma de Denver perpétré par un jeune homme sans histoires, Obama a réclamé l’urgence d’un débat national… sans suites.

Echos d'Ailleurs sur Twitter : @EricValmir

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.