Grand soit le New Deal dans lequel Rossevelt signe en 1935 le Social Security . Les indemnités retraites voeint le jour. C'est le plus grand système de protection sociale américain, entièrement financé par les contributions des salariés et des entreprises.

Les personnes de + de 65 ans perçoivent aussi le Medicare, une assurance santé sans considération de revenus ou de dossier médical. (mise en place en 1965 sous Johnson ) . On ne touche pas à ce double dispositif aux Etats-Unis. S’il avait été privatisé, les retraites des séniors auraient été exposés à la crise financière.

Les Républicains qui rejettent toute intervention de l’Etat ne discutent pas cette social security adopté il y a près d’un siècle.

En revanche, la couverture santé voulue par Barak Obama enflamme les débats.

Avant Obama, ce système de protection était fondé sur la participation des entreprises : l’employeur passe contrat avec les compagnies d’assurance et fournit la couverture médicale de ses employés. Dans le choix d’un emploi, cet élément est aussi important que le salaire. 158 millions d’américains sont assurés par l’intermédiaire de leurs employeurs . La perte d’un emploi signifie la perte immédiate de sa couverture santé.

Les franges les plus pauvres et les invalides sont couverts par Medicaid , autre système fédéral.

Une couverture santé pour tous négociée par l'Etat féderal ?
Une couverture santé pour tous négociée par l'Etat féderal ? © Radio France / GW

Mais les classes moyennes qui ne sont pas jugés assez pauvres en sont dépourvues et ont recours à des assurances individuelles couteuses. 50 millions d’américains n’en n’ont pas.

Le coût de la santé fragilise les entreprises et les hommes.

Les plus grands groupes peuvent négocier avec les assureurs, ce qui n’est pas le cas des petites entreprises.

Depuis des décennies, la quête d’une couverture santé pour tous est poursuivie par tous les présidents américains. Comble de l’ironie, le projet démocrate repoussé par les républicains s’est inspiré du modèle initié par legouverneur Romney dans le Massachussets. Pour échapper aux contradictions, Romney plaide la non application à l’échelle nationale d’une formule mise en place dans un Etat.

Barak Obama met en avant sa Réforme et espère bien la mettre en application dès sa réélection.

Mitt Romney veut abolir ce qu’il appelle l’Obamacare le premier jour de sa présidence. Trop cher. Romney veut préserver Medicare pour les retraités, il ne souhaite pas étendre Medicaid soupçonné de venir en aide aux assistés. A chaque Etat dit-il la responsabilité de réguler le marché des assurances.

Echos d'ailleurs sur Twitter : @EricValmir

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.