Si l'élection avait lieu en France, Barak Obama en sortirait largement vainqueur. Sa cote de popularité atteint des sommets. Mais cette affinité n'est pas réciproque. La France ne fait pas partie de son histoire personnelle, familiale et culturelle.

Barak Obama est représentatif de la nouvelle Amérique. L’Europe n’est pas dans son radar. Elle est tournée vers l’Asie et le Moyen Orient. Le président américain avait décliné l'invitation à la cérémonie anniversaire des 20 ans de la chute du mur de Berlin.

Mitt Romney et les Français , ce n'est pas une franche histoire de passion. La France n'intéresse pas les Républicains. Ils la dépeignent faible, assistée, déloyale, toujours en grève. Un pays où l’on n’aime pas travailler et où le marché est entravé par un arsenal de règlement. Bref un pays socialo communiste.

Mitt Romney est dans cette veine. Pire il fait de la France un argument de campagne. « Voulez vous qu’on devienne comme les Français ? » autant dire plonger dans la décadence.

Romney préfère cacher qu’il parle très bien notre langue. Le genre d'information qui pourrait le désservir dans son propre camp. Dans sa jeunesse, son attachement aux mormons l'avait conduit quelques années à Paris à la fin des années 60, au coeur de Mai 68.

Il était rentré au pays attéré.

Echos d'ailleurs sur twitter : @EricValmir

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.