17 ONG visitées par des policiers et des magistrats enquêtant sur leur financement. De nombreux documents et ordinateurs portables ont été saisis. L'armée toujours au pouvoir au Caire explique que des fonds étrangers pourraient alimenter les associations locales, ce qu'il n'est pas question d'autoriser.Assiba Hadj Sarraoui, directrice adjointe d'Amnesty international chargée du Moyen orient, interrogée par Yves Decaens

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.