Quinze mois après la révolution et la chute de Moubarak, c’est la première fois dans l’histoire du pays que les égyptiens votent sans connaître à l’avance le résultat du scrutin. Didier Bilion est spécialiste du monde arabe et directeur adjoint de l’Iris. Il répond à Patrick Boyer.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.