En Egypte, à l'euphorie du Printemps arabe a succédé la déception. Les électeurs doivent départager Mohamed Morsi, un candidat issu des Frères musulmans et Ahmed Chafik, le candidat de l'armée. Autant dire que beaucoup d’électeurs ne voient ni en l’un, ni en l'autre le garant des espoirs nés au moment de la chute du régime Moubarak. Beaucoup de ces déçus ne se sentent plus concernés par ce scrutin. Mais certains ont tout de même trouvé un moyen pour faire entendre leur voix.

Au Caire Vanessa Descouraux

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.