À la mort du Pape, le siège est vacant jusqu’à l’élection. Tous les actes officiels sont suspendus. La vacance peut également survenir en cas d’hérésie, de folie avérée ou si le nouveau pape renonce à sa charge. Le Sacré Collège, qui regroupe les plus hauts dignitaires de l’église (aujourd’hui, 185 cardinaux issus du monde entier et répartis en trois ordres), est chargé des affaires courantes. Le Camerlingue , à la tête de la Chambre Apostolique (gestionnaire des biens du Saint-Siège) coordonne les événements.

Neuf jours de deuil : les Novemdiales

Neuf jours sont consacrés au deuil et à la prière. Neuf jours durant lesquels le corps est exposé. Traditionnellement, les principaux rituels sont les suivants : une procession jusqu’à la Basilique Saint-Pierre, une messe de funérailles, une descente dans la crypte de la basilique et enfin, l’inhumation.L’anneau du pêcheur (représentant Saint-Pierre), signe de son alliance à l’Eglise et qui servait autrefois de sceau pour les documents officiels, est symboliquement détruit .

Les Congrégations

À la mort du pape, les cardinaux sont rassemblés en Congrégations : une Congrégation générale pour prendre les décisions importantes et une Congrégation particulière pour les affaires mineures. La Congrégation générale est présidée par le Doyen. En plus des affaires courantes, ils sont chargés de prendre les dispositions nécessaires au vote. Ils résident à huis-clos à la Maison Sainte Marthe, à proximité de la Basilique. Les lieux sont strictement contrôlés afin de protéger le secret du protocole.

Habemus Papam
Habemus Papam © le Pacte

Le Conclave et le vote

• Préparatifs Plusieurs jours de prières et de discussions sur l’Église et le monde d’aujourd’hui permettent d’amorcer le vote. Le processus de l’élection commence entre 15 et 20 jours après la mort du pape .Les « Papabile » sont les cardinaux considérés officieusement comme favoris.

Après la célébration eucharistique solennelle de la messe, une procession part de la chapelle Pauline jusqu’à la chapelle Sixtine où se tient le vote (depuis le XVIème siècle). Les cardinaux sont maintenus dans un isolement complet afin que le vote soit tenu secret. Les cardinaux et toutes les personnes en contact avec eux prêtent serment, jurent de ne rien divulguer du vote et les communications avec l’extérieures sont interdites, sauf cas de force majeur.

• Le vote en Conclave Quatre scrutins peuvent avoir lieu par jour afin d’obtenir une majorité aux deux tiers. Si on ne parvient pas à un résultat, on accorde une journée de réflexion entre deux sessions de vote. En dernier recours, le vote se fait soit à la majorité absolue soit entre les deux candidats qui ont obtenu le plus de voix. Par le passé, les votes ont pu être très longs, mais les plus récents durèrent seulement entre deux et cinq jours.Sur chaque bulletin de vote est écrit la mention «Eligo in summum pontificem » (Je choisis comme souverain pontife…). À chaque vote on perce les bulletins au niveau du mot « Eligo » et on les relie avec un fil pour la vérification du nombre de bulletins et le décompte.Chaque jour, les bulletins sont brûlés et une fumée s’échappe du poêle de la chapelle Sixtine. Si la fumée est noire , il faut encore attendre ; si elle est blanche , c’est que le nouveau pape est élu. Depuis 1978, on ajoute aux papiers un produit chimique (noir ou blanc) et depuis 2005, on sonne les cloches de la chapelle afin d’éviter toute confusion.

Habemus Papam
Habemus Papam © le Pacte

Une fois le pape élu, le Doyen des cardinaux lui pose la question : « Acceptez-vous votre élection comme souverain pontife ? ». Si oui, le nouveau pape choisit son nom et les cardinaux viennent lui rendre hommage. On lui remet le pallium (sorte de manteau court), la mitre et un bâton inspiré de la crosse d’évêque et de l’ancienne ferula.Enfin, du haut de la loge des Bénédictions (à la basilique Saint-Pierre), le protodiacre annonce au monde la bonne nouvelle, par la formule « Habemus Papam » (Nous avons un pape) ; le pape peut prononcer sa première bénédiction Urbi et Orbi , c’est-à-dire à la ville de Rome et au monde.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.