Un aparté d'Emmanuel Macron, en visite dans une fonderie de Corrèze, a soulevé la colère des salariés de GM&S, venus manifester lors du déplacement du président de la République.

Les salariés de GM&S, qui manifestaient lors du déplacement d'Emmanuel Macron en Corrèze, ont été choqué par les propos présidentiels.
Les salariés de GM&S, qui manifestaient lors du déplacement d'Emmanuel Macron en Corrèze, ont été choqué par les propos présidentiels. © AFP / PASCAL LACHENAUD

"Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d'aller regarder s'ils peuvent avoir des postes là-bas. Parce que certains ont des qualifications pour le faire", a déclaré Emmanuel Macron mercredi lors de son déplacement à Egletons (Corrèze). S'adressant en aparté au président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, le président de la République évoquait les difficultés à recruter d'une entreprise de fonderie d'Ussel (Corrèze).

►ÉCOUTER | "Le bordel", récit d'une bourde présidentielle, par Julie-Marie Leconte :

"C'est complètement indécent. Je ne m'attendais pas à une phrase comme cela qui sorte de la bouche d'un président de la République", a réagi Vincent Labrousse, le délégué CGT de l'entreprise GM & S, dont les salariés manifestaient à proximité du site visité par Emmanuel Macron. "Si ce n'est pas nous, il faut qu'il fasse un démenti. Je suis atterré de voir une telle réaction."

Le délégué CGT souligne que la fonderie à laquelle a fait allusion Emmanuel Macron est à plus de deux heures de La Souterraine. "Si c'est la solution qu'il propose pour les 156 salariés licenciés, il a un problème de géographie. Quand on n'est pas d'accord avec lui, il préfère lancer les petites phrases dans les beaux salons et envoyer les CRS face aux salariés qui ne sont pas d'accord avec lui ."

Réactions outrées dans la classe politique également : "Le vrai bordel, ce sont ses ordonnances" a lancé le député PS Luc Carvounas, tandis qu'à droite et au FN on a dénoncé le "mépris" du Chef de l'Etat pour les Français.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.