La présidente du collectif féministe contre le viol évoque une "prime à l'agresseur". Comme au début de l'affaire DSK, c'est la colère qui anime les féministes.

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.