Portée des misiles nord corée
Portée des misiles nord corée © IDE

La tension entre les deux Corée rappelle encore un peu plus la guerre froide. Vladimir Poutine a salué ce lundi le report par Washington d'un essai de missile. Un geste d'apaisement "très important" vis à vis de la Corée du Nord selon le président russe, lors d'une conférence de presse à Hanovre (Allemagne).

Le décor et les acteurs sont les mêmes... ET chaque jour une nouvelle tension avec son cortège de déclarations agressives de la part de la Corée du Nord. Elle serait en train de préparer un nouvel essai nucléaire, voire un tir de missile qui pourrait toucher une île voisine en Corée du Sud. Ce lundi matin, le président russe Vladimir Poutine a salué le report d'un essai de missile américain. Un moyen, pour Washington, de faire retomber la pression.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon a estimé qu'un nouvel essai nord coréen serait une provocation.

Notre correspondant Frédéric Ojardias s'est rendu sur l'île qui avait été touchée par des tirs précédemment: Une île sud coréenne qui s'attend toujours au pire

"J'espère que (ce geste) sera remarqué par nos partenaires, y compris la

Corée du Nord (...) que chacun va se calmer et que tous vont travailler ensemble à la recherche d'une solution aux différents problèmes", a déclaré Vladimir Poutine pendant cette même conférence de presse.

Les Etats-Unis ont joué l'apaisement face à la Corée du Nord en annonçant le report d'un essai de missile, après le déploiement par Pyongyang de deux missiles susceptibles d'atteindre un territoire américain dans le Pacifique.

washington reporte un tir de missile en raison de la crise avec la corée
washington reporte un tir de missile en raison de la crise avec la corée © reuters

Pyongyang a multiplié ces dernières semaines les provocations verbales au point de mettre mal à l'aise son allié chinois, qui a voté les dernières sanctions à son encontre. Pékin a fait part de son inquiétude face à la poussée de fièvre sur la péninsule coréenne.

"Personne ne devrait être autorisé à précipiter dans le chaos une région, et à plus forte raison le monde entier, par égoïsme", a déclaré le président chinois Xi Jinping, sans toutefois nommer ni la Corée du Nord, ni les Etats-Unis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.