En résumé, il apparaît que :

- Eric de Sérigny est président du directoire d’une société de gestion de portefeuilles, « Alternative Leaders France » dont le président, Bernard Lozé, est lui-même administrateur d’un fonds d’investissement, « Brinon Investissement » présidé… par Patrice de Maistre.

- Eric de Sérigny est membre du conseil de surveillance d’ « Imérys » (dont le directeur général-adjoint, Jérome Pécresse, est le mari de la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse), une filiale d’Albert Frère, où il côtoie notamment Robert Peugeot, soutien financier de l’UMP, décoré de la Légion d’Honneur par Eric Woerth, soupçonné (selon le Journal du Dimanche), d’avoir favorisé fiscalement Robert Peugeot. Ce que nie Eric Woerth.

- Eric de Sérigny est « senior partner » depuis juin 2009 auprès de la société en investissement financier « Athéma », intervenue en septembre 2009, dans le dossier Molex. « Athéma » a travaillé, selon ses propres mots, « en complémentarité » avec le cabinet d’avocats de la direction de l’usine de connectique automobile Molex, à Villemur-sur-Tarn (en Haute-Garonne), alors que les salariés de l’usine s’opposaient à leur licenciement. Or, le 24 mars 2010, soit deux jours après la nomination d’Eric Woerth au ministère du travail, le ministère accepte le licenciement « pour motif économique » des représentants du personnel de l’usine Molex… contre l’avis de l’Inspection du Travail ! L’avocat du comité d’entreprise et des salariés de Molex, Jean-Marc Dejean, se dit aujourd’hui« stupéfait »qu’Eric de Sérigny puisse conseiller« à la fois Molex et le ministre », Eric Woerth, et dénonce« un mélange des genres » .

Tout en étant le conseiller d’Eric Woerth "pour les relations avec le monde économique", Eric de Sérigny travaille donc aux côtés d’un proche associé de Patrice de Maistre, ainsi que de multiples acteurs économiques en lien potentiel avec le ministre du Travail (ex-trésorier de l’UMP), Eric Woerth .

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.