Aller plus loin...

Sur Internet :

Hopper
Hopper © Radio France
Sur le site du Smithsonian American Art Museum : Edward Hopper scrapbook (en anglais). Album virtuel compilant photos, reproductions d’oeuvres et documents (correspondance, articles de presse, témoignages audio… ). Il retrace la vie du peintre grâce à une navigation chronologique ou thématique.

Hopper
Hopper © Radio France

Sur le site du Whitney museum of art Modern life : Edward Hopper and his time (en anglais). Dossier du musée qui replace Hopper dans son époque. Comme, il conserve une bonne partie de ses œuvres, léguées par son épouse, Le Whitney Museum a organisé plusieurs rétrospectives du vivant du peintre.

Hopper sur le site de la NGA
Hopper sur le site de la NGA © Radio France

Sur le site de la National gallery of Art de Washington (en anglais). Dossier, frise chronologique de 76 œuvres, analyses et vidéos.

Hopper sur le ciné club de Caen
Hopper sur le ciné club de Caen © Radio France

Edward Hopper, sur le site du cinéclub de Caen. Analyse de l’œuvre et biobibliographie enrichies de nombreuses reproductions

montage 1
montage 1 © Couple drinking © Heirs of Josephine N. Hopper, licensed by the Whitney Museum of American Art / From Williamsburg Bridge © The

Quelques livres :

Catalogue exposition
Catalogue exposition © Radio France

Le catalogue de l'exposition Edward Hopper par Ottinger Didier, Thomas Llirens, et Caroline Hancock, RMN, 2012

Hopper ombre et lumière du mythe américain
Hopper ombre et lumière du mythe américain © radio-france

Hopper ombre et lumière du mythe américain , par Didier Ottinger, __ Gallimard, 2012

Hopper, dont l'art s'inspire d'abord des peintres naturalistes de l'Ash Can school, fait figure de réaliste jusqu'à ce qu'André Breton, en exil à New York découvre un de ses tableaux et mette en évidence les affinités du peintre avec le surréalisme.

Entractes
Entractes © Radio France

Edward Hopperentractes , par Alain Cueff, Flammarion, 2012.

« Tableau après tableau, Edward Hopper a découvert l'Amérique. Terre déjà conquise et d'apparences familières, ce monde en attente n'avait jamais été vu dans son énigmatique simplicité : rivages déserts, promesses oubliées, rêves et silences continués... Dans ce théâtre équivoque, les acteurs cherchent leur rôle sous une lumière impérieuse, leurs ombres perdues dans les décors. Hopper n'a pas fabriqué ces images : il les a pensées et les a peintes...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.