Les romanciers trempent aussi leur plume dans la colère et portent un regard révolté sur le monde... C'est le cas de l'écrivain franco-congolais Alain Mabanckou qui publie " Le sanglot de l'homme noir"(Fayard). Camille de Toledo quant à lui s'interroge sur "L'inquiétude d'être au monde" (Verdier).

LE MONDE VACILLE , CAMILLE DE TOLEDO EN APPELLE A LA "POETHIQUE"

Par Christine Siméone

Toledo
Toledo © Radio France

En lisant Camille de Toledo, je me dis que tout le monde devrait écrire "son" inquiétude d'être au monde. Qu'est ce que "L'inquiétude d'être au monde" ? Pour Camille de Toledo c'est être cerné par un siècle de fantôme, être né dans le siècle des génocides, être du monde de la fusillade de Colombine, et regarder l'avènement de l'ére technologique et numérique, alors que des langues meurent.

"Quelque chose à nos pieds vacille et ce n'est pas l'apocalypse" nous dit-il, "un tremblement plus discret ...l'inquiétude grandit et nous aimerions etre délivrés" . Camille de Toledo tangue sur notre Terre maudite, voilà pourquoi j'en suis venue à me dire qu'il nous appartient à tous de mettre, comme lui, à plat, notre boussole, de tracer dans le sol, les contours de nos destins collectifs.

Toledo y va fort, avec lyrisme; il pointe du doigt des prises de positions politiques qui lui semblent criminelles, disons le mot, au regard de ce qu'elles impliquent comme atteinte à l'humanité et à la possibilité d'être ensemble. De la publication de ce texte, initialement prononcé en public en 2008, Toledo attend des complices. Il pose les bases d'une po-éthique, comme d'autres, poètes, appellent les élus politiques, à plus de poétique (je pense à Yves Bonnefoi). J'aime cette idée d'aller au delà de la politique, par la poétique, ou la po éthique. Avec ou sans h, faites comme vous voulez, votez Toledo, c'est plus sûr.

MABANCKOU CONFRONTE IDENTITE NOIRE ET IDENTITE NATIONALE

Par Isabelle Pasquier

Alain Mabanckou signe un essai sur" l'identité noire" et fait entendre sa voix révoltée dans le débat sur "l'identité nationale".

Alain Mabanckou refuse de définir "l'identité noire"par le passé de souffrance et le ressentiment.

Certes, au-delà de la peau, ce qui réunit les noirs par delà les frontières, c'est leur histoire commune : traite négrière, colonisation, immigration. Mais il leur faut construire leur présent , leur avenir et ne pas se bloquer sur ce passé de sanglots.

Quant à "l'identité nationale", il considère que ce qui fait identité c'est le partage de mêmes valeurs et non le sang et la terre.

Alain Mabanckou
Alain Mabanckou © Radio France / Christine Siméone

L'ancien prix Renaudot (" Mémoires de porc-épic" 2006 - le Seuil) raconte son arrivée à Paris à l'université de Nantes et les moqueries de ses camarades étudiants français quant à son français trop littéraire...Alain Mabanckou constate qu'aujourd'hui la belle langue française parlée n'existe plus que dans les lointains pays francophones...

Le titre de son nouveau livre "Le sanglot de l'homme noir", Alain Mabanckou s' est inspiré du "Sanglot de l'homme blanc" de Pascal Bruckner.

Alain Mabanckou avec Isabel Pasquier :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.