Alors que les services publics et les transports devraient être ralentis par l’appel à la grève de ce mardi, le gouvernement et et les syndicats ont plusieurs rendez-vous.

A Paris, le cortège de la manifestation de ce 10 octobre 2017 doit démarrer de la Place de la République
A Paris, le cortège de la manifestation de ce 10 octobre 2017 doit démarrer de la Place de la République © AFP / Lionel BONAVENTURE

L'appel unitaire à la grève lancé pour mardi par tous les syndicats de fonctionnaires va se traduire par des services publics au ralenti ou carrément à l'arrêt, avec écoles, crèches, bibliothèques ou gymnases impactés, en plus de perturbations dans les transports, hôpitaux ou services postaux. 130 manifestations et rassemblements sont prévus dans 90 départements.

À Paris, la manifestation partira de la place de la République à 14h vers la place de la Nation.

Grèves et manifestations : encore une semaine chargée
Grèves et manifestations : encore une semaine chargée © Visactu / Visactu

Le mouvement de ce mardi fait suite aux grèves du mois de septembre, qui ont marqué la rentrée sociale et réaffirmé la position des syndicats face à la réforme de la loi Travail.

Mouvement suivi dans les écoles

Tous les enseignants sont appelés à la grève par leurs syndicats, y compris ceux du privé, par des organisations les représentant. Trois sujets irritent particulièrement les enseignants: les salaires, la réinstauration du jour de carence et la réduction du nombre de contrats aidés, qui jouent un rôle-clé pour le bon fonctionnement des établissements. La loi d'août 2008 a instauré un droit d'accueil des élèves en maternelle et élémentaire. Même si des enseignants sont en grève, l'école doit accueillir les enfants, un principe valable seulement dans le primaire.

Hôpitaux

Première depuis la loi Bachelot de 2009, une dizaine de syndicats de praticiens hospitaliers (PH) se sont joints à l'appel de la fonction publique. Médecins, pharmaciens et dentistes sont invités à faire grève avec les personnels paramédicaux (aide-soignants, infirmiers, etc...) pour dénoncer en choeur la dégradation de leurs conditions de travail et "l'étranglement financier" de l'hôpital. Comme eux, les PH sont concernés par le gel du point d'indice ou le rétablissement du jour de carence en cas d'arrêt maladie. Ils s'élèvent plus généralement contre la baisse de leur pouvoir d'achat. Conséquence: des opérations pourraient être reportées.

Dans les transports

À la SNCF, selon le préavis de grève qui a été déposé, la grève débutera lundi 9 octobre dès 19h pour se terminer mercredi 11 octobre à 8h. Des perturbations seront également à craindre dans les aéroports où la grève des contrôleurs aériens pourrait impacter le trafic. La DGAC a appelé les compagnies aériennes à réduire de 30% le nombre de vols. Il sera donc prudent de se renseigner avant de se rendre dans un aéroport. A la RATP, les trois syndicats représentatifs, CGT, Unsa et SUD, appellent à manifester à République.

Mouvement attendus dans d'autres secteurs

Chez les policiers, Alternative CFDT et l'Unsa-police ont appelé leurs troupes à manifester dans les cortèges. Les autres syndicats relaient les appels à manifester lancés par les confédérations auxquelles ils sont affiliés.

Les personnels d'anciennes entreprises du secteur public comme La Poste et Orange, qui emploient encore des fonctionnaires, et plus largement pour la CGT "l'ensemble des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications" (SFR, Free, Chronopost...), sont aussi appelés à se mobiliser.

Même chose pour les agents, de droit public ou de droit privé, de Pôle Emploi, pour protester contre des suppressions de postes et la présentation d'un budget en baisse de quatre milliards d'euros en cinq ans, ou pour ceux des chambres de commerce et d'industrie.

Au tribunal de Bobigny, la CGT appelle les greffiers à empêcher la tenue des audiences pour protester contre des effectifs insuffisants qui pèsent sur les conditions de travail mais aussi contre le manque de "matériel" (papier, stylos, cartouches d'encre).

Rencontre prévue avec le gouvernement

Emmanuel Macron recevra les partenaires sociaux jeudi 12 octobre afin d'évoquer avec eux les réformes de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance chômage. Tous les syndicats seront reçus entre jeudi et vendredi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.