Depuis quelques jours, il est possible de se défouler dans un lieu dédié. La première "Fury Room" française a ouvert ses portes en milieu de semaine à Paris.

Emilie et Raphaël dans la première "Fury Room" française
Emilie et Raphaël dans la première "Fury Room" française © Radio France / Thibault Lefèvre
Le choix des armes à l'entrée de la "Fury Room" : une masse, un pied de biche ou une batte de base-ball
Le choix des armes à l'entrée de la "Fury Room" : une masse, un pied de biche ou une batte de base-ball © Radio France / Thibault Lefèvre

A l'entrée le choix des armes :  une masse, un pied de biche ou une batte de base-ball.  Dans la "Fury room" : des assiettes, des verres et du matériel informatique. Raphäel a offert à sa compagne Emilie,  le forfait Chaos :

Elle avait besoin de se défouler un petit peu en ce moment. - Là, j'ai une imprimante par exemple. Au travail, je ne peux pas casser une imprimante. ici, on peut.  C'est un petit un rêve qui devient réalité.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un rêve d'une demi-heure pour Emilie et Raphaël. A l'extérieur de la salle des curieux observent la scène  comme Lina : des cris, des jets d'assiette, des colères incontrôlées...  Lina confesse beaucoup s'énerver : 

On crie, on crie, on va s'enfermer dans une pièce comme une psychopathe. Là, moi, à leur place, j'aurais crié par exemple. Tu es dans ta bulle, tu pètes tout, Au mois, ce ne sont pas tes affaires. Personne ne t'a vu et tu rentres chez ta mère tranquille. Ca fait du bien, je pense que ça doit faire du bien à tout le monde. 

et surtout à une dizaine de clients par jour : une majorité de cadres qui cassent entre 200 et 300 bouteilles, une quinzaine d'écrans, dix imprimantes qu'il faut renouveler. C'est une partie du travail de Diego.  Il est co-gérant de la boutique.

Je traverse toujours Paris en train de chercher des meubles et des objets qui peuvent être intéressants à casser.  On peut par exemple trouver des armoires, des WC. On peut tout trouver dans la rue. 

Des matières premières qui ne coûtent pas très chers.  Pour les déchets, c'est une autre histoire : 15% du chiffre d'affaire prévisionnel annuel de 350 000 euros est dédié au recyclage.

Thèmes associés