Dernier rapport de l’ONU : la consommation de matières premières va tripler d’ici 2050. Mangez, mangez, baffrez, accumulez ! Continuez à rouler en 4x4 dans les rues de Paris ! vous dansez sur le pont du bateau, pendant que celui-ci est en train de couler. Et alors ? Et si ça nous faisait plaisir de couler en dansant ? Si la pulsion de mort (c’était l’hypothèse de notre bouquin, avec le cher Gilles Dostaler) nous faisait sacrément jouir et était bien plus forte que tous les raisonnements des WWF et autres Greenpeace ou PNUE (Programme national des nations unies pour l’environnement) ? D’après l’ONU, dans quarante ans, 9 milliards d’humains consommeront 140 milliards de tonnes de minerais, d’hydrocarbures et de biomasse (bois, cultures diverses, élevage). Ca doit faire dans les 16 tonnes par habitant, c’est ça ? C’est ce que consomme aujourd’hui un habitant des pays « riches », soit quatre fois plus qu’un indien. Vivement que l’indien nous rattrape ! Remarquez, tant qu’à faire, vivement que l’indien rattrape l’américain qui consomme aujourd’hui quarante tonnes par an, alors qu’un français n’en consomme que quinze. Il y a encore de la réserve. Dans l’Arctique, par exemple, il existerait le quart des réserves pétrolières mondiales. Qu’on foute en l’air l’Arctique, vite ! Prenez la pêche. La pêche au chalut de fond. On tire des chaluts qui grattent et détruisent tout à 1500 mètres de fond. Il parait que c’est pire que la pêche à la dynamite... Des français font ça. Une flotte Intermarché qui représente la moitié des « captures » (traduisez : destruction définitive) en eau profonde vient de bénéficier de 10 millions de subventions pour moderniser ses bateaux. Ca permet de maintenir 200 emplois et de continuer de pratiquer une activité qui de toutes façons n’est pas rentable. Remarquez, cet argent du contribuable, c’est toujours ça que les salauds du RSA n’auront pas. Il y a quelque chose de fatiguant, de lassant, d’écoeurant, de vomitif à parler d’écologie. Ca fait tellement de temps qu’on en parle, à Charlie ! On en parlait avec Fournier et Raiser, on en parle avec Cabu, on en parle avec Nicolino, et c’est fatigant, fatigant... Les gens s’en foutent. Complètement. Ils s’en foutent de laisser un monde bousillé à leurs mômes qu’il fabriquent à tire-larigot. Dans quarante ans, tous les députés de France, qui ont soixante ans de moyenne seront morts. Alors ils peuvent bien voter des subventions aux types qui bousillent les fonds marins pour que Madame Wauquiez ait du poisson surgelé et reconstitué à Intermarché. Pendant ce temps, Mimi Lagarde se félicite de la croissance. La croissance repart ! « Les français consomment ». Bouffez, bouffez. Croissez multipliez, enfantez, copulez sans entraves ! Dans quarante ans les problèmes de matières premières seront tels, qu’il faudra escorter les porte-conteneurs et les cargos avec des navires de guerre (c’est pour ça d’ailleurs que les Chinois construisent à toute berzingue une énorme marine de guerre). Finalement, le bon investissement c’est dans la bombe atomique : il va falloir prévoir bientôt, si on veut toujours alimenter le 4x4 du connard qui se gare sur les trottoirs de Saint-Germain, de quoi dessouder les Chinois qui veulent de plus en plus de matières premières. Mais non, Tonton Bernard, t’es bête ! Les progrès des micro ceci et micro cela seront bientôt tels, que la bonne vielle terre, qui aujourd’hui nourrit une fois ce qu’elle est capable de nourrir, nourrira les neufs milliards de bipèdes ! Ou alors, comme disait Paccalet, « l’humanité disparaîtra, bon débarras ! ». Il faut se marrer, les gars, se marrer ! Quand quelqu’un dit « écologie ! » il faut éclater de rire, ouaf, ouaf, l’écolo, pauvre nase ! Tiens, je viens de recevoir du dit Paccalet « Les deux mamelles du bonheur » (Arthaud). « Le rire ne sépare pas l’homme de la bête, mais du fanatisme. L’humour (et d’abord sa variété noire) différencie le citoyen du raciste, du stalinien, du nazi, de l’épurateur ethnique ou de l’intégriste religieux. » Ca commence bien ! Sur mon chalutier je sens que je vais rigoler !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.