ERT no signal
ERT no signal © Radio France

Les syndicats grecs ont appelémercredi à une grève générale de 24 heures jeudi pour protestercontre l'arrêt sans préavis des trois chaînes de télévision etdes radios du service public.

Le gouvernement a annoncé le dépôt d'un projet de loi réorganisant l'audiovisuel public.

La décision a été motivée par le souci de réaliser des économies qui a suscité les protestations des salariés et de certains partenaires de la coalition au pouvoir.

La décision de fermer pour une durée indéterminée les antennes de l'ERT a été prise par décret et annoncée moins de cinq heures avant son entrée en application par le porte-parole du gouvernement, Simos Kedikoglou.

Amélie Poinsot revient sur les déclarations du porte-parole du gouvernement

Le gouvernement n'a pas précisé quand les émissions reprendraient. Il a indiqué que l'ERT allait être entre-temps restructurée, avec une réduction des effectifs à la clef. L'ERT, qui emploie quelque 2 600 salariés, est doté d'un budget annuel de 300 millions d'euros. Elle gère également des radios régionales.

Les employés du groupe toucheront un dédommagement et pourront faire acte de candidature pour retrouver en emploi au sein de la future organisation. "Au moment où l'on impose au peuple grec de lourds sacrifices, il n'est plus question de repousser au lendemain, d'hésiter, d'épargner les vaches sacrées", a justifié Simos Kedikoglou, qui s'exprimait sur une des chaînes publiques.

Marietta Karamanli, députée socialiste de la Sarthe est l'auteur de "La Grèce, victime ou responsable ?"

Cette suspension est l'une des mesures les plus spectaculaires prises par le gouvernement grec dans le cadre du programme d'austérité imposé en échange de l'aide financière internationale accordée par l'Union européenne, le FMI et la BCE. Elle pourrait avoir des répercussions politiques importantes.

A Athènes, Angélique Kourounis

Pour Simos Kedikoglou, le groupe audiovisuel public était devenu "un cas typique d'un incroyable gâchis". Aussitôt après cette annonce, de nombreux employés de l'ERT se sont rassemblés devant le siège de l'entreprise à Athènes et se sont engagés à combattre cette décision. Dans la soirée, plusieurs milliers de personnes les ont rejoints.

Lors de son dernier journal d'information, la présentatrice du journal télévisé du soir, Elli Stai a annoncé :

Nous sommes le mardi 11 juin, et c'est une journée difficile. Nous allons diffuser ce qui semble être notre dernier JT avec le sang-froid, la cohérence et le professionnalisme dont nous avons l'habitude.

Des unités des forces de police anti-émeutes ont été déployées à l'entrée d'un studio de l'ERT, dans le centre d'Athènes, où des manifestants avaient déroulé une banderole "A bas la junte, l'ERT ne fermera pas".

Des chaînes privées ont interrompu leurs programmes normaux pendant six heures pour témoigner de leur solidarité. "Le journalisme est persécuté. Nous ne permettrons pas que la voix de la Grèce soit réduite au silence", a dit George Savvidis, qui dirige le syndicat des journalistes POESY.

Réactions inquiètes

La ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti, a évoqué un "symbole tragique".

Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti © MaxPPP

C'est une décision absolument préoccupante, il ne faut pas que l'austérité à laquelle la Grèce est soumise depuis plusieurs mois rime avec un abandon du pluralisme. La liberté d'informer, la qualité du service public de la télévision sont des valeurs irremplaçable dans une démocratie et donc j'espère que cette décision ne sera pas définitive.

Un "symbole tragique" selon Aurélie Filippetti: écoutez

__ Le président de l'Union européenne de radio-télévision (UER), Jean-Paul Philippot, a écrit à Samaras pour lui demander de revenir sur cette décision. > Les radio-télédiffuseurs nationaux sont plus importants que jamais dans des périodes de difficulté nationale. L'existence de médias de service public et leur indépendance vis-à-vis des gouvernements sont au coeur des sociétés démocratiques. _Jean-Paul Philippot évoque l'irresponsabilité du gouvernement grec_
.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.