> Reporter "Genève, parano city" - Emmanuel Leclère

4 min

Genève - reporter (suisse hsbc) BON

__

L’affaire HSBC, un scénario qui a évolué au fil des semaines…

Mi-décembre 2009 sur France 2 : l’informaticien Hervé Falciani affirme qu'il a voulu rendre service à son pays, la France, en dénonçant les pratiques douteuses de son employeur, HSBC. L’enquête laisse aussi penser qu’il a cherché à gagner de l’argent avec des fichiers volés.

Le 21 décembre, Falciani raconte au quotidien Nice matin un nouveau scénario, digne d'un (très bon) polar : en 2008, deux hommes armés l'embarquent dans une camionnette alors qu'il marche dans la rue. Ils lui expliquent qu'ils sont agents d'un service de renseignement européen et qu'ils travaillent sur la possible infiltration informatique de la HSBC par un membre d'une organisation terroriste islamiste. Ils lui laissent leur adresse sur un bout de papier. Falciani finit par les contacter car il s’est mis à soupçonner les collègues étrangers de son service ainsi que sa propre maîtresse, une Franco-libanaise avec laquelle il a prévu de monter une société au Liban. C’est donc en tant qu’agent double qu’il serait parti proposer ses fichiers de comptes bancaires clients à des banquiers libanais.

Fin décembre 2008, Hervé Falciani est arrêté puis entendu par la justice suisse qui le relâche faute de preuves. Il passe Noël en famille sur la Côte d'Azur et décide de ne pas revenir.

Début janvier 2009, la justice suisse dépose une demande d’entraide judiciaire pour récupérer des fichiers volés. Falciani est à nouveau arrêté, par des gendarmes français cette fois. Au vu de ce qu’il détient, le procureur Eric de Montgolfier à Nice refuse de remettre l’ordinateur à sa consœur suisse venue de Berne dans ce but. Il décide d’ouvrir une procédure pénale pour vérifier qu’il n’y a pas eu de blanchiment de la part des clients dont les noms apparaissent sur les fichiers puis au début de l’été dernier il transmet la liste aux services fiscaux du Ministre du budget.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.